Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Nicolas Sarkozy, le fist-fucking de masse considéré comme l’un des beaux-arts

     

     

    medium_Witkin_Arm_Fuck.jpg

    Joel Peter Witkin, Arm Fuck, 1982 

     

    « Tout le monde sait que les RTT ne servent à rien, si l’on a pas assez d’argent pour emmener ses enfants en vacances ! »

    Nicolas Sarkozy

     

    « Non, pauvre con. Tout le monde sait que les enfants sont heureux d’avoir leur papa quelques heures de plus avec eux à la maison ! »

    Le Transhumain

     

    Je viens de m’envoyer, sur La Chaîne Parlementaire, un meeting de Nicolas Sarkozy. Un meeting ? Un cauchemar, plutôt. Une foule hystérique, à perte de vue, extatiquement pendue aux lèvres du Sauveur. Travail ! Nation ! Ordre ! Effort ! Travail ! Travail ! Travail ! Amen ! Ce triste sire n’a que ce mot à la bouche. Travail. Comme s’il voulait que nous nous jetions dans le taff à corps perdu, pour oublier la merde dans laquelle il va nous plonger. Travail, Ordre, Identité nationale. Belles valeurs, j’en conviens, mais, comment dire, un peu trop militaires, non ?... Travaillez, robots idolâtres, travaillez, ou vous finirez à la casse ! Le partage ? Connaît pas, le nain. Les loisirs ? Les arts ? La divine paresse ? Il connaît, le nain. Des démons surgis en 1968, qu’il nous promet de terrasser. Oui, « mes chers amis », il faut travailler, faire des efforts, sans cesse, à jamais, jusqu’à en crever ! Je comprends qu’on puisse adhérer à ses idées. Pas qu’on puisse vibrer pour un show aussi superficiel que pestilentiel, entre la Star Academy et Laurent Gerra. Putain de culte de la personnalité ! Vous vibrez, parce que Nicolas Sarkozy est un vibro-masseur. Au lien, il préfère les liens, ceux qui enferment. Mais qu’il soit clown ou tyran, vous n’avez aucune excuse, vous les adorateurs du veau d’or, qui vous prosternez devant lui à chacune de ses apparitions !  

     

    The Sark side of the moon

     

    « Travailler plus pour gagner plus », nous rabâche le nématode, des éclairs mauvais dans le regard, faisant miroiter à des millions de Français chafouins une hausse substantielle de leur pouvoir d’achat. Ce n’est pourtant, comme chacun de ses faux arguments, qu’un slogan tiré du néant, une sinistre escroquerie que ce cabotin dopé au tranxène essaie de nous faire avaler à grands coups de déclarations d’amour. Ah, il veut nous protéger ?... Ah, il veut notre bien à tous ?... Ah, il est notre sauveur ?... Foutaises ! Je vois la fourberie dans les yeux du ver. Les yeux ne mentent pas. Je vois l’ordure. Je vois le fric. Je vois. Je vois les millions d’aigris qui le suivent comme le dieu Pan. Langue de vipère ! Travailler plus pour gagner plus, hein ?... Un mensonge pur et simple !... Une ruse de Sarkoumane le traître ! De grâce, ne soyez pas dupes de ses effets de manche ! Ou il vous les enfoncera bien profond, ses manches, jsuqu'aux épaules, avant de les essuyer sur ses valets ! Mais il faut croire que vous aimez ça. Pas besoin de lubrifiant, ça glisse tout seul. Je regarde Sarkozy, et autour de lui ses soutiens (Johnny Hallyday, Arthur, Jean-Marie Bigard, Didier Barbelivien), son troupeau aveugle immense, fanatisé. Je le regarde, et que vois-je ? Je vois la décadence d’un peuple qui se prend d’admiration pour un communiquant sans foi ni loi. Qui se prosterne devant son parasite ! Nicolas Sarkozy n’a jamais été, et ne sera jamais, le défenseur des salariés, des pauvres, des honnêtes travailleurs. Et d’ailleurs, l’argent comme seul horizon – mais comme horizon lointain –, ça vous excite, vous ? Ça vous transporte ?... Allons ! Relevez-vous ! Vous me dégoûtez, à vous vautrer ainsi dans l’idolâtrie la plus méprisable ! Ah, les sangsues ! Ah, les filaires ! Ah, les douves ! Horreur ! Horreur ! Votre maître, dont la ressemblance avec Christian Clavier est frappante, vous fera travailler plus, ou gagner moins, selon votre situation, mais en vérité peu d’entre vous gagneront vraiment à « travailler plus ». « Réhabiliter le travail »… Quoi, nous sommes des branleurs, c’est ça ? Quand je fais mes trente-cinq heures, souvent plus, sans compter mes deux ou trois heures de transport quotidiennes, je suis un fainéant ? Un tire-au-flanc ? Suis-je né au monde pour abandonner femme et enfants au Dieu Travail ? Pour devenir le rouage d’une Machine ? Ah, ils sont beaux, nos amis du Verbe et la Transcendance, qui tout soudain nous exhortent à emboîter le pas du pape de l’Anome ! Ça suffit les traîtres ! À la benne les vendus ! L’histrion de Mammon ne cesse de vous agonir d’injures, car il vous sait masochistes, le nain, il s’en lèche les babines. Pour lui mai 68 est un virus qui aurait contaminé nos gènes. Selon lui, les 35 heures (qui en réalité ont permis à des millions de Français de retrouver une vie de famille, de s’épanouir dans des activités extraprofessionnelles et même, mais oui, de consommer, comme en témoigne la densité humaine dans les grandes surfaces, le vendredi après-midi), selon lui donc, les 35 heures ont détruit l’hôpital… Ah, c’est vrai, j’oubliais : quand une infirmière atteint soixante heures hebdomadaires, elle est plus efficace… La fatigue, le moral à zéro, la tremblote : autant d’atouts pour une santé publique irréprochable ! Quant à sa vie privée, à l’infirmière, elle n’a aucune raison d’être, voyons. La bonne blague ! Vous n’êtes pas né pour jouir, mais pour souffrir, pour crever dans d’atroces souffrances. La Nation vous honorera d’une gerbe. Beurk. Assez ri. Ne comptez pas sur ce faux derche, surtout, pour lui redonner vie, à l’hôpital ! À moins que vous ne soyez riche, mais les riches je m’en fous, les riches sont riches, ils n’ont pas besoin du Président de la République, sinon pour s’enrichir encore. Rien à cirer des riches. D’ailleurs c’est aux pauvres que s’adresse Nicolas Sarkozy. C’est leurs entrailles qu’il fouaille de ses gants de latex, pour s’en repaître et en abreuver ses consanguins du patronat. Travail ! Effort ! Nation ! Travail ! Travail ! Travail ! Ah ! Il suffit ! Allez tous vous faire foutre, adorateurs serviles du petit ver plat ! Je parie que les seuls bénéficiaires de ses mesures populistes seront ceux qui n’en ont jamais eu besoin. Celui qui se tue au travail pour payer son loyer, celle qui meurt pour que ses enfants dorment dans un lit, votre maître n’en a cure. S’il les courtise, c’est uniquement pour qu’ils le portent au pouvoir. Il se sert d’eux. Ils sont ses hôtes. Ses porteurs. L’immonde. Le parasite. Si l’État encadre légalement la durée de travail – heureusement, sans quoi les pères seraient des étrangers pour leurs propres enfants –, l’utilisation des heures supplémentaires en revanche, et leur mode de rétribution, dépendent de la seule volonté de l’employeur, et en dépendront toujours, comme le concèdent à regret – en s’arrachant la gueule – les sbires du plasmodium sur les ondes ou sur les plateaux TV. C’est vrai, ils bandent, les salauds ! Ils jubilent, les croque-morts ! Ces François Fion ! Ces Raffarien ! Ces ankylostomes ! Ils ne vous feront pas de cadeau, les ténias ! Quand la sarcose vous promet une augmentation de votre pouvoir d’achat, il ne s’agit en fait que d’inciter les entreprises à recourir aux heures supplémentaires. Vous le savez, n’est-ce pas ? « Inciter »… Quel genre d’incitation ? Élémentaire : on exonère les heures supplémentaires des charges sociales. N’importe quel babouin devinerait que la première conséquence serait une diminution des embauches. Car enfin, pourquoi payer un employé à temps plein si les contrats existants peuvent assurer le travail à eux seuls, pour un moindre coût ? Mais il est vrai que les babouins aussi se font déchirer par les vers.

     

    Sark Vador

     

    Le problème est donc simple : non seulement les travailleurs n’ont jamais eu, et n’auront jamais le choix de « travailler plus pour gagner plus », mais de surcroît les heures supplémentaires leur sont souvent imposées. Et bien sûr, qui dit exonération de charges sociales, dit aussi exonération de prestations sociales… J’espère que ceux d’entre vous qui auront voté pour Nicolas Sarkozy sauront s’en souvenir, sur leur lit d’hôpital, quand la fortune les aura quitté, quand leur train de vie aura subitement chuté. Quand vous crèverez parmi nous. Vous travaillerez plus, peut-être, si votre patron vous le demande, pour des prestations sociale similaires, voire réduites, car le programme de l’enragé – l’Étoile de la Mort – ne s’arrête évidemment pas là, et nous pouvons prédire sans risque que la France de demain, sous le règne de Sarkozy, ressemblera de plus en plus à l’Angleterre de Mme Thatcher, ou aux Etats-Unis de monsieur Bush. Fabrice Colin, de retour des States, écrivait au lendemain du premier tour des élections : « Se rappeler que ce pays, le nôtre, est, et a toujours été, de droite – les exceptions sont des malentendus ; savoir que Nicolas Sarkozy est présenté aux USA comme le candidat pro market et pro america ce qui, quand on croise au même moment des armées de clodos démantibulés, livrés à la folie pure, s'invectivant en haillons au-delà du désespoir dans l'ombre des limousines rutilantes aux vitres sans tain de Market Street, donne une idée assez juste de l'avenir […] » Il suffit de faire un tour sur le périphérique francilien pour avoir en chair et en os, surtout en os, les prémices de la déréliction sociale qui attend la France de Sarkozy ou de ses larves.

     

    Ça va sarkler !

     

    Et bien entendu, le sournois, le puant Sméagollum s’est bien gardé d’évoquer le cas des fonctionnaires. Certes, il propose de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux. Ce qui est irréalisable, sauf à réduire dramatiquement la qualité du service au public sur l’ensemble du territoire ou dans certaines zones jugées moins rentables. Notez qu’il n’a jamais énoncé clairement dans quels ministères, dans quels types de collectivités, les effectifs seraient prélevés. La police ? Les hôpitaux ? L’éducation ? Impossible. Les collectivités territoriales – qui à elles seules représentent un tiers des cinq millions de fonctionnaires – ? Elles sont déjà exsangues. Alors, où ? Autrement dit, à moins de fermer les bibliothèques, les écoles, les hôpitaux ou les commissariats, son régime d’amaigrissement est une arnaque. Ah, mais j’y songe ! Peut-être souhaitez-vous que les pauvres ne soient plus soignés ? Que leurs gosses ne soient plus instruits ? Que leurs maisons flambent sous votre œil goguenard ? Qu’ils vous laissent lire votre Figaro à la médiathèque ? Non ?... La notion de service public, ça ne vous dit rien ? Bandes de cancres ! Racaille ! Avant de réclamer le rétablissement des cours d’éducation civique à l’école, apprenez, vous, ce que sont vos institutions ! Vous exigez des étrangers qu’ils passent un examen de passage, quand la plupart d’entre vous, sans rire, seraient rigoureusement incapables de répondre au plus basique questionnaire sur le fonctionnement de leur propre pays ! Barbares de mes deux. Votre vermenteur prétend donc diminuer le nombre de fonctionnaires pour, dit-il, les rétribuer à leur juste valeur... Vous y croyez ? Vous gobez tout ce qu’on vous raconte, vous ! Vermisseaux ! D’abord, nous l’avons vu, jusqu’à preuve du contraire, le nombre de fonctionnaires ne peut pas être réduit suffisamment pour impacter notablement leurs salaires. Ensuite, on ne me fera pas croire que Nicolas Sarkozy, ministre sortant – PENDANT CINQ ANS, nom de Dieu ! – d’un gouvernement qui n’a cessé de geler les salaires de la fonction publique, sera l’homme providentiel qui fera soudain s’envoler notre pouvoir d’achat… Et puis quoi encore ? Vous croyez aussi qu’il va multiplier les pains ?... Ah ! Sarkozy n’incarne pas la rupture, mais la pourriture, celle qui menace de gangrener le pays dans les années à venir – quand la France rejouera Land of the Dead en live. Enfin, si vous étiez instruit, vous sauriez que les fonctionnaires, pour la plupart, ne sont pas payés pour les heures supplémentaires effectuées.  C’est ainsi. Que son contrat soit de droit public ou de droit privé, l’employé se fait toujours fister en beauté.

     

    Lien permanent Imprimer 94 commentaires
  • Sarko Code : le vote Sarkozy décrypté (pour les nuls)

     

    medium_projet_delinquance_sarko.jpg

     dessin d'Honoré pour Charlie Hebdo

     

    En ce mois d’avril 2007, les Français ont voté massivement pour Nicolas Sarkozy. Pourquoi ? Les raisons sont sans doute multiples. Parallèlement, Fin de partie n’a jamais attiré autant d’internautes. Vous êtes déjà plus de 10000 à en avoir ouvert au moins une page ce mois-ci. Je tenais bien sûr à vous remercier – au moins ces heures de travail ne sont-elles pas vaines.

    Les pages les plus lues, ou du moins les plus visitées – après tout, il n’est pas dit que tous ces internautes lisent vraiment ce sur quoi ils tombent par inadvertance ! –, se sont pas forcément celles que j’attendais. En avril, les études par mon ami Sébastien des films de David Cronenberg (A History of Violence en tête) se trouvent en bonne place. Les entretiens avec Éric Bénier-Bürckel et Stéphane Beauverger sont également bien placés, ainsi que certains chapitres de mon analyse de Ténèbres de Dario Argento, et mes textes sur les romans de Maurice G. Dantec. Contre toute attente, Borislav Pekić, Jean-Michel Truong et Raymond Abellio font toujours recette, tout comme ma fiction heureusement inachevée Et Expecto, grâce aux illustrations de Giger. Mais la championne toutes catégories reste, depuis sa mise en ligne, ma descente en flammes de l’enfer de La Passion du Christ, l’infâme brouet de Mel Gibson qui est aux Écritures ce que Romeo + Juliet est à Shakespeare. Enfin, les notes les plus récentes sont évidemment de la partie.

    Il faut avouer que les termes de recherche utilisés par les internautes sur Google et autres moteurs, ont de quoi m’étonner… Si « transhumain » reste leader, à une courte tête devant le mystérieux « vig- » (hein ?) et son cousin « vi- », « giger » et autres « hr giger », décliné sous toutes ses formes ne faiblissent pas. « la passion du ch- » et « la passion - » suivent de près, avec diverses variantes (« the passion of c- », « passion du chris- », « passion christ », etc.). À noter, le bon score du mot « existenz », ainsi que celui de « la haine » (la plupart des visiteurs inconnus se connectent via Google Images). Le reste est très troublant. Passons sur les visiteurs qui s’échouent en ces pages en effectuant des recherches sur « schizophrénie » (et sa variante sans accent), « naturalisme » ou « dasein » (véridique !). Mais depuis quelque temps, ce blog pourtant respectable est devenu la proie des obsédés sexuels de tous poils qui, le regard lubrique, sillonnent la Toile à la recherche de visions croustillantes. Ainsi, entre « la passion - » (1,00% des mots-clefs) et « hr giger » (0,89%), trouvons-nous l’incongru « gros vagin », qui représente tout de même 0,96% des recherches conduisant à Fin de partie. Et « gros vagin » n’est pas seul, même si, bizarrement, « cul » manque à l’appel (erreur que ce billet va sans doute réparer...). Par chance, la « femme mûre nue » a disparu du top 20, tout comme l’inconvenant « gros sexe » et ses variantes, ou comme cet affreux « couple exhibitionniste » – mais « exhibitionniste », tout comme « gros seins » et, plus étrange, « gros siens », résistent à des mots-clefs plus décents. Peut-on dès lors penser que parmi les 31% d’électeurs ayant glissé le bulletin de vote « Nicolas Sarkozy » dans l’urne dimanche, un petit nombre d’entre eux se soit simplement égaré, l’esprit plein de « gros seins », à la recherche d’une « femme mure nue » avec ou sans accent ?...

    Le plus drôle, évidemment, est que cette note et ses tags de circonstance risquent fort d’attirer de nouveaux satyres en ces lieux pourtant austères. Il me faudra par ailleurs vérifier si, dès demain, une improbable recherche « cecilia gros vagin » ou « sarkozy gros sexe » nous ramène ici…

     

    Lien permanent Imprimer 9 commentaires
  • Rêve de fer de Norman Spinrad / Le Seigneur du Svastika d’Adolf Hitler

     

    medium_foliosf239-2006pilon.jpg

    Couverture mise au pilon. 

     

    « La pureté génétique est la seule politique de survie humaine ! »

    Feric Jaggar, héros du Seigneur du Svastika

     

    «  J’inclinerais pour ma part à penser qu’on naît pédophile, et c’est d’ailleurs un problème que nous ne sachions soigner cette pathologie-là. »

    Nicolas Sarkozy, candidat à l’élection présidentielle, dans Philosophie Magazine.

     

     

    Ce texte est une version revue et augmentée d’une critique parue dans la revue Galaxies n°40 (automne 2006).

     

    Les uchronies autour du Troisième Reich sont très nombreuses. Parmi les plus célèbres, citons Fatherland (1992) de Robert Harris, K (1997) de Daniel Easterman, La Séparation (2002) de Christopher Priest ou encore Le Complot contre l’Amérique (2004) de Philip Roth sans oublier, bien sûr, le fameux Maître du Haut Château (1962) de Philip K. Dick (et une ribambelle de nouvelles, dont certaines sont remarquables). Les Français s’y sont également essayés, de Jimmy Guieu ( La Stase achronique, 1976) à Johan Heliot (La Lune n’est pas pour nous, 2004), en passant par Dominique Douay (Le Principe de l’œuf, 1980) et Jean-Pierre Andrevon (Le dernier dimanche de Monsieur le chancelier Hitler, 1995). Et peu ou prou, toutes ces fictions expriment l’idée que l’Allemagne nazie, née sur les cendres encore chaudes de la première guerre mondiale, n’était pas seulement un accident de l’Histoire. Autrement dit : non seulement cela aurait pu se passer ailleurs (en France, en Angleterre, en Amérique…), mais surtout : cela pourrait encore se passer…

    Dans cette constellation, Rêve de fer (The Iron Dream, 1972) occupe une place à part. Tandis que la plupart des textes cités ci-dessus, mettent leurs lecteurs en garde contre les dérives sécuritaires, autoritaires, qui ne manquent jamais de resurgir dans nos pays occidentaux en temps de crise économique ou de menace terroriste, le roman de Norman Spinrad met en lumière l’insidieuse propagation de certains traits de l’idéologie nazie dans la culture populaire, dont nous trouvons un nouvel exemple, aujourd’hui, avec 300[1].

    medium_foliosf239-2006.2.jpgLongtemps introuvable – il n’avait pas été réédité depuis quinze ans –, Rêve de fer (interdit en Allemagne de 1982 à 1990 par le Bundesprüfstelle für jugendgefährdende Medien) est à nouveau disponible, depuis quelques mois, au terme de regrettables péripéties éditoriales (une première version de cette réédition ayant été mise au pilon in extremis, à cause d’une couverture – reproduite ci-dessus et remplacée par celle reproduite ci-contre – et d’une quatrième de couverture soudain jugées trop ambigües…). Remercions plutôt Folio SF de permettre à cette œuvre marquante, extrêmement dérangeante (aussi incroyable que cela puisse paraître, l’American Nazi Party en a même recommandé la lecture !) et unique en son genre de connaître un nouveau public.

     

    Ce rêve de fer, de cuir et de croix gammées n’est évidemment pas celui de Norman Spinrad, au-dessus de tout soupçon, mais celui, fictif, d’un écrivain de science-fiction renommé, Adolf Hitler… Avant même que le corps du récit commence, une deuxième page de titre nous apprend, bibliographie à l’appui, que nous nous apprêtons à lire Le Seigneur du Svastika, œuvre posthume et testamentaire saluée par un prix Hugo en 1954 (!), par l’auteur du Crépuscule de Terra, de La race des Maîtres et du Triomphe de la Volonté. Hitler , en effet, aurait fui la défaite allemande après la première guerre mondiale pour se consacrer à la science-fiction en Amérique : « Pendant de nombreuses années, il avait été une des figures de proue des Conventions, et sa réputation de conteur intarissable et spirituel avait fait le tour du petit monde de la SF. »…

    Dans Le Seigneur du Svastika, avec un talent pleinement consacré à l’édification des valeurs raciales d’Heldon – peuple de vaillants esprits et de corps sains –, Adolf Hitler décrit l’irrésistible ascension d’un jeune purhomme exalté, qui des bas-fonds de Borgravie empoisonnés par les gènes mutants – la Terre telle que nous la connaissons a été dévastée par le « Feu des Anciens », c’est-à-dire, nous le comprenons vite, une terrible guerre nucléaire –, gagne la tête d’une invincible armée, les Fils du Svastika, dont l’unique but est de garantir la pureté de la race helder. Feric Jaggar, pourvu d’une volonté de fer et de la légendaire Massue de Held, n’aura de cesse de détruire la vermine de Zind. Rien ne semble pouvoir arrêter la puissante armée de Feric, dont les meilleurs éléments, les valeureux SS (Soldats du Svastika), rivalisent d’héroïsme dans les batailles dantesques qui opposent Heldon[2] à la répugnante horde des mutants de Zind, composée de métis, de Dominateurs et de géants décérébrés (dont Zack Snyder s’est visiblement inspiré pour son adaptation du graphic novel de Frank Miller…). Héros de fantasy comme tant d’autres, Feric incarne assurément le fantasme hitlérien de l’homme pur, blond guerrier aux yeux d’azur, au caractère entier, et totalement dévoué à la défense de son peuple… À ses côtés combattent fièrement Bogel, commandant en chef de la Volonté Nationale et double uchronique de Joseph Goebbels ; le général Waffing, chef des armées en qui nous reconnaissons Hermann Göring ; Remler, fanatique commandant des SS que nous identifions rapidement comme Heinrich Himmler ; et Best, aussi dévoué à Feric que Rudolf Hess l’était à Hitler. Le Seigneur du Svastika n’étant pas un roman historique, mais bien une épopée de science-fiction ou de fantasy post-apocalyptique semblable aux space operas impérialistes qui pullulaient jadis – un peu moins aujourd’hui –, Feric et les Fils du Svastika réussissent sans mal, mais non sans hauts faits guerriers, à exterminer métis et mutants jusqu’au dernier. Et si la race helder se voit tragiquement menacée par le dernier coup bas des maîtres de Zind – avant d’expirer, le dernier ennemi réveille le Feu des Anciens et corrompt irrémédiablement le patrimoine génétique des purhommes –, elle trouve dans le clonage et la conquête des étoiles un souffle à la hauteur de son immarcescible volonté de puissance…

    medium_opta-am09.jpgTout le sel de Rêve de fer réside dans le subtil décalage opéré par l’identité de l’auteur du Seigneur du Svastika, Adolf Hitler. En effet, tandis que nous nous laissons emporter malgré nous, jusqu’à l’écœurement, par l’hystérie épique d’un roman qui transfigure – pour en mieux montrer l’absurdité – une imagerie et une idéologie de sinistre mémoire, nous ne pouvons qu’être durement frappés par ce qui relève, dans cette vibrante épopée raciale, non pas de l’horreur des Camps, mais des patterns les plus répandus, les plus recherchés, de la fantasy et du space opera… Or, Norman Spinrad, alors déjà auteur de plusieurs romans de SF (Les Solariens, Ces hommes dans la jungle, Les Pionniers du chaos et, surtout, le formidable Jack Barron et l’éternité), maîtrise parfaitement son récit. De sorte que, même s’il est totalement gangrené par les rêves fous et pompeux d’Adolf Hitler, qui épouse complaisamment le point de vue racialiste de Jaggar, Le Seigneur du Svastika bénéficie de tout son talent et s’avère d’une redoutable efficacité. La révolte du lecteur n’en est que plus vive. Le malaise s’installe très vite et ne fait qu’enfler, de page en page, jusqu’au délire des massacres, rudes à encaisser. Extrait : « Ainsi, poussée à des actions glorieuses d’héroïsme surhumain et de fanatisme infatigable, l’entité raciale qu’était Heldon fouaillait, tel un dieu possédé par les démons, les parties vitales de son antithèse, obscène cancer génétique de la fourmilière sans âme et sans vie de Zind. Quant aux guerriers de Zind, ils combattaient avec une férocité inscrite dans leurs gènes par une ignoble race mutante qui faisait profession de mépriser toute chair exceptée la sienne. » Certes, Le Seigneur du Svastika est abject. Certes, Le Seigneur du Svastika est grandiloquent. Et cependant, Le Seigneur du Svastika est une prouesse stylistique superbement restituée par le traducteur, Jean-Michel Boissier. Avec Rêve de fer, c’est ainsi un projet quasi borgésien qu’a mis en œuvre Norman Spinrad, comme le souligne pertinemment Ursula Le Guin dès 1973 : « He has done, in The Iron Dream, something as outrageous as what Borges talks about doing in "Pierre Menard" (the rewriting of Don Quixote, word for word, by a twentieth-century Frenchman): he has attempted a staggeringly bold act of forced, extreme distancing. And distancing, the pulling back from "reality" in order to see it better, is perhaps the essential gesture of SF. It is by distancing that SF achieves aesthetic joy, tragic tension, and moral cogency. It is the latter that Spinrad aims for, and achieves. We are forced, in so far as we can continue to read the book seriously, to think, not about Adolf Hitler and his historic crimes--Hitler is simply the distancing medium--but to think about ourselves: our moral assumptions, our ideas of heroism, our desires to, lead or to be led, our righteous wars. What Spinrad is trying to tell us is that it is happening here. »

    À la fin du roman, une vraie-fausse postface tente une interprétation psychanalytique du Seigneur du Svastika, ne faisant en vérité que rappeler l’évidence, comme le suggère Roland C. Wagner dans sa (vraie) préface : l’univers rêvé par l’auteur Adolf Hitler, d’où les femmes sont radicalement absentes, « fait figure d’immense partouze homosexuelle où une sexualité refoulée s’exprime à travers la violence extrême des protagonistes ». Il serait sans doute erroné de s’en tenir à une lecture au premier degré de cette analyse caricaturale du nazisme, d’autant que l’auteur fictif de la postface prétend – ultime pirouette – que « [b]ien évidemment, un tel homme ne pourrait pas prendre le pouvoir ailleurs que dans les fantasmagories d’un roman de science-fiction pathologique »…

    Il y a, tapie entre les lignes de cette féroce parodie du fascisme latent d’une certaine science-fiction (ou d’une certaine fantasy), l’idée essentielle que la machine nazie n’est pas réductible à ses caractères pathologiques, aussi évidents soient ces derniers. Si Norman Spinrad a fait émigrer Hitler aux USA, au point de lui décerner un prix Hugo, c’est que, pour lui, le Mal – qu’il a pris soin, dans son roman, de situer dans un pays inidentifiable plutôt qu’en Allemagne – plonge ses racines où il veut, y compris dans la littérature d’évasion la plus simpliste ; l’Holocauste fut moins une folie qu’un processus. Ainsi, plus encore que les fantasmes de pureté raciale et de cuir noir du Troisième Reich (qui ne sont plus à démontrer), c’est la thèse même de la psychopathologie d’Adolf Hitler qui est ironiquement écornée…

     

    « Laissez-vous emporter par Adolf Hitler dans un lointain futur, sur une Terre où Feric Jaggar et son arme invincible, le Commandeur d'Acier, se dressent seuls face à la menace d'anéantissement que font peser sur les derniers humains purs les abominables Dominateurs et les hordes de mutants décervelés qu'ils contrôlent totalement. Lisez et vous comprendrez pourquoi cette œuvre brille tel un flambeau d'espérance en ces temps de ténèbres et de terreur.

     

    Né en Autriche en 1889, Adolf Hitler émigra en Allemagne puis en 1919, aux Etats-Unis. Illustrateur de talent, il collabora au magazine Amazing Stories où il se fit remarquer par ses couvertures toniques et colorées. Passant à l'écriture, il est devenu l'un des maîtres de l'Age d'Or de la S.-F.

     

    “Cette œuvre fait de Hitler l'égal de Tolkien.”

    MICHAEL MOORCOCK

     

    “Loin d'apparaître comme un roman stéréotypé, cette œuvre émerge comme le produit des obsessions d'un personnalité perturbée mais puissante. ”

    HOMER WHIPPLE

     

    “L'intensité de la vision d'Adolf Hitler projette littéralement le lecteur dans cet univers parallèle qu'il a créé dans ses moindres détails. On comprend que cette œuvre énorme ait valu à son auteur une aura de légende.”

    PHILIP JOSE FARMER »

     

    Quatrième de couverture de Rêve de fer (édition Pocket Fantasy, 1992)

     

     

    medium_pp5414-1992.jpg


    [1] 300 n’est pas un film d’inspiration nazie. Les valeurs qu’il exalte sont aussi celles de l’Amérique de George W. Bush qui, quoi qu’on en pense, restent celles d’une nation libre et démocratique. Mais les ressemblances troublantes avec les films de Leni Riefenstahl ou avec Les Fils du Svastika, le faux roman d’Adolf Hitler écrit par Norman Spinrad, devraient susciter sinon de la méfiance, du moins une distance critique que certains ont cru bon d’oublier…

    [2] Heldon a donné son nom au groupe de Richard Pinhas auquel ont collaboré Norman Spinrad (qui s’inspirera de l’expérience pour Rock Machine), Maurice G. Dantec et même Gilles Deleuze, alors que le groupe s’appelait encore Schizo.

    Lien permanent Imprimer 21 commentaires
  • Entretien avec Stéphane Beauverger, troisième partie

     

     

    medium_Chapitre18.2.jpg

     

     

    Suite et fin de l’entretien avec Stéphane Beauverger (lire les première et deuxième parties). Je remercie vivement Corinne Billon de m'avoir permis de reproduire quelques unes de ses illustrations. À signaler, sur le blog Systar, le bel article, enthousiaste et éclairant, de Bruno Gaultier sur Chromozone.

     

     

    ON : Ton prochain roman est une uchronie maritime… Tu m’as dit t’être beaucoup documenté, avoir lu et relu nombre de récits de piraterie, vu et revu nombre de films… Par ailleurs, ton personnage Cendre, dans La Cité nymphale, relit Moby Dick. Doit-on alors s’attendre à un pur récit d’aventures, flamboyant et, tout de même, un peu tordu (après tout, c’est une uchronie !), ou à un texte plus métaphysique, comme le chef d’œuvre de Melville ?... L’un n’exclut pas l’autre bien sûr, mais…

     

    SB : C’est un vieux rêve d’écrire une histoire de pirates. Ca fait partie de mes premières lectures personnelles, et c’est un sujet sur lequel je me documente depuis des années. Je pense que ça prendra l’aspect d’un grand récit d’aventures, sinon flamboyant, du moins picaresque, avec ce qu’il faut de rebondissements et de coups de théâtre, tadam ! Ensuite, comme une bonne dose de remaniement historique est au programme, je ne cache pas qu’il y aura quelques surprises tordues… Sans doute pas un texte métaphysique, donc, mais comment ne pas parler du goût de la liberté et de vision libertaire quand on aborde le thème de la piraterie caraïbe ? Comme pour mes romans précédents, et sans doute ceux à venir, ce sera d’abord pour moi la satisfaction de raconter une histoire. Si au passage, je peux glisser deux ou trois questions qui me tarabustent…

     

    ON : Chromozone laissait transparaître l’influence de John Brunner (Tous à Zanzibar), et, peut-être, de Norman Spinrad (Rock machine), voire de Maurice G. Dantec (Les Racines du Mal). Quelles sont tes principales références, dans les littératures de l’Imaginaire ? 

     

    SB : Quel talent d‘exégète tu viens de révéler : tu les as cités d’entrée. Jack Barron et l’éternité et Rock Machine de Spinrad, L’Orbite déchiquetée, Tous à Zanzibar, Sur l’Onde de Choc de Brunner, voilà des bouquins qui m’ont marqué quand j’étais ado. Lovecraft aussi, bien sûr, Tolkien, évidemment. Plus tard, il y aura aussi Bruce Sterling, K.W. Jeter, John Varley, Roger Zelazny, Serge Brussolo, Peter Straub, Clive Barker. Beaucoup plus récemment, James Morrow. C’est un peu court, mais voilà des auteurs de l’imaginaire qui m’ont marqué, dans la mesure où je relis régulièrement leurs bouquins. Spinrad et Brunner, demeurant mes références premières. Maintenant que j’ai un orteil dans la cathédrale, j’ai même osé demander à ce cher Norman de me dédicacer mon exemplaire des Années Fléaux pendant la dernière grand-messe des Utopiales. Bon, j’en oublie forcément, mais voilà les premiers noms qui me viennent à l’esprit.

     

    ON : Et hors de l’Imaginaire ?... Tu as cité quelque part Kawabata, Calvino, Ellroy…

     

    SB : Je viens de réaliser que je n’avais cité ni Richard Canal ni George Alec Effinger dans la liste précédente, honte à moi ! Sinon, hors de l’imaginaire… Encore une fois, il y en aurait tellement. Kawabata, Calvino – même si ce dernier aurait sa place aussi dans la liste précédente –, Ellroy, mais aussi Jim Thompson, Charles Bukowski, Frédéric Fajardie, Edogawa Ranpo, Shakespeare… Le grand bazar des livres qui s’empilent en strates dans ma bibliothèque. Et encore, je ne me plains pas : depuis que je suis entré dans le circuit « professionnel », que je prends le temps de discuter avec les lecteurs que je croise en dédicace ou dans les salons, j’en ai découvert plusieurs spécimens d’une variété que je n’avais jamais rencontrée. Je les appelle affectueusement les lapins blancs, toujours en retard sur le programme. Ce sont des gens qui achètent tellement plus de livres qu’ils n’ont de temps pour les lire qu’ils se retrouvent avec des listes d’attente d’un an, deux ans, voire plus, entre l’instant de l’achat et celui de la lecture. Ça me fascine. D’autant plus que je les revois régulièrement, et qu’ils continuent à acheter pendant qu’ils s’efforcent de rattraper leur retard. Le tonneau des Danaïdes, version papier. J’admire, sans réussir à comprendre. M’enfin, je dis ça, mais si ça se trouve, tu es l’un d’eux, mouah, ah, ah !

     

    ON : Ah, ah ! Oui, tu as vu juste, je suis un lapin blanc ! Mais c’est un plaisir d’ouvrir enfin un livre acheté cinq ou six ans auparavant (deux ans ? Peuh ! Petits joueurs !), et qui, pendant tout ce temps, me regardait d’un œil goguenard du fond d’une pile instable ! Il y a même des écrivains dont j’ai acheté quasiment toute l’œuvre, au fil du temps, et dont je n’ai pas encore lu une traître ligne… Mais, justement, puisque nous en parlons, peut-être vas-tu m’aider à accroître ma bibliothèque : aurais-tu quelques perles d’auteurs contemporains un peu méconnus, voire franchement confidentiels, à nous conseiller ? Tiens, moi, par exemple, je viens de subir un sacré choc, avec la lecture conjointe du poème « Todesfuge » (« Fugue de Mort ») de Paul Celan, et de Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas d’Imre Kertész (qui devrait vivement t’intéresser, soit dit en passant)… Pas exactement des auteurs confidentiels, mais pas des best-sellers non plus !

     

    SB : Je le note. De mon côté j’ai beaucoup aimé Soie, d’Alessandro Baricco, Le Lièvre de Vatanen, d’Arno Paasilinna, Paysage peint avec du thé, de Milorad Pavic. En ce moment, je lis La Bouche de Francis Bacon de Michael Gira, que tu m’as prêté, je ne sais pas encore si j’aime, c’est trop déjanté pour une analyse en cinq mots. Et on m’a prêté aussi Premiers matériaux pour une théorie de la jeune fille, de Tiqqun, que je déguste page par page. Dans un autre genre, le manga Blame! par Nihei Tsutomu m’a beaucoup plu.

     

    ON : Merci. Le seul que j’ai lu, dans ta petite liste, est La Bouche de Francis Bacon (tu ne le perds pas, surtout, hein…). Eh oui, difficile d’aimer le recueil infernal de Michael Gira, encore plus noir que la musique des Swans… Plus torturé, tu meurs !

    Changeons de sujet. Tu as longtemps travaillé dans l’industrie du jeu vidéo. Quel lien fais-tu entre ces univers virtuels et ton œuvre littéraire ? Et envisages-tu d’écrire un roman sur ce thème ? Tu me disais, récemment, que selon toi aucun écrivain ne s’était vraiment attelé à la tâche. Comment t’y prendrais-tu ?

     

    medium_Interlude.jpgSB : Travailler comme scénariste dans l’industrie du jeu vidéo m’a appris, je crois, à affiner mes trames narratives. Dans un jeu, tu dois être très explicite avec peu de moyens, c’est à dire qu’il n’y a pas de place pour des heures et des heures de dialogue, sauf chez les Japonais, qui se permettent de créer des jeux où il y a parfois plus de séquences cinématiques non-interactives que de séquences de jeu proprement dites. Donc, tu dois en un minimum de mots et de temps en dire le plus possible pour informer le joueur. C’est à mon avis une très bonne école. Et puis, quand tu travailles sur un jeu, c’est un boulot d’équipe très dense, où de nombreuses compétences se croisent et s’influencent. Ça aussi, c’est formateur, question rapports et conflits humains. Quand tu écris un roman, c’est juste tes doigts, ta tête et ton clavier. Je n’envisage pas d’écrire dans l’immédiat un bouquin sur cet univers, le jeu vidéo est encore un bébé vagissant, même s’il est destiné à grandir. Par contre, je travaille actuellement sur une BD qui explore l’univers des MMORPG, ces fameux massive multiplayers on-line role playing games qui sont sortis de l’ombre pour atteindre le grand public depuis deux-trois ans avec des jeux comme World of Warcraft ou Second Life. Je m’intéresse beaucoup à ce principe d’interconnections d’individus qui s’inventent des identités d’emprunt pour vivre des aventures virtuelles en commun. Quant à mon point de vue sur le fait qu’aucun écrivain ne se soit attelé à la tâche, ce n’est pas exactement ça, c’est plutôt que quand ça a été fait, c’est sous un éclairage alarmiste et dépréciatif. A mon avis, c’est dû au fait que le jeu vidéo, surtout on-line, est le cauchemar révélé d’une certaine S.-F. qui mettait en garde contre la réduction de l’individu à un spectateur passif et lobotomisé. Ce dont on a accusé la télévision il y a trente ans, le jeu vidéo l’a réussi avec une force d’addiction fortement accrue, et les parents héritiers de la pensée de 68 de voir avec inquiétude leurs mômes acquérir des comportements dont ils se sont toujours méfiés par habitude et réflexe acquis. Pour moi, c’est un combat aussi rétrograde que de clamer au milieu du XIXe siècle « Le train c’est la mort de l’homme, notre cage thoracique explosera si on dépasse les 100 km/h !! » Le véritable danger, à mon sens, c’est la dissolution de la responsabilité personnelle. L’essentiel, ce n’est pas tant de jouer, mais à quoi, et comment. Je me souviens d’une mère de famille qui m’avait appelé quand je travaillais chez Blizzard, et qui voulait que je « trouve un moyen d’empêcher sa fille de 13 ans de parler avec des garçons sur internet… » Je crois qu’elle n’a même pas compris quand j’ai essayé poliment de lui expliquer que ce n’était pas mon rôle de me substituer à son autorité parentale. Bon, je m’écarte un peu du sujet, là, mais la démission individuelle ou collective est un des sujets qui me préoccupe le plus, depuis quelques années. Je crois en apercevoir les effets pervers à tous les niveaux, de la disparition de la simple courtoisie à la caisse des supermarchés jusqu’à celle des infâmes émissions qui commencent à pulluler à la télévision, genre « Le Grand Frère » ou « Super Nanny ». Ces programmes glorifient l’abandon, la culture de l’échec, et le recours à l’autorité extérieure comme le seul recours à ses supposées incapacités. La culture de l’attelle me fait dégueuler. Le jeu vidéo est là, et pour longtemps, il ne s’agit pas de le brûler – c’est toujours suspect, un autodafé – mais de réfléchir à ce qu’on va en faire. Comme la télévision, c’est une coquille vide, remplie seulement de ce qu’on y mettra. Après, si l’humain est assez con pour tomber dans le panneau… Bon, bref, tu vois, il y a des choses à dire, et je le ferai peut-être, mais d’ici quelques temps.

     

    ON : « Comme la télévision, c’est une coquille vide, remplie seulement de ce qu’on y mettra », dis-tu. Comme la télévision, ou comme l’Internet… La Toile est un lieu, ou un non-lieu, où le bruit blanc est tellement dense qu’il semble devoir tout recouvrir. Ça signifie quoi, pour toi, de donner une interview pour un blog ?...

     

    SB : Ça ne « signifie » pas grand chose, sinon espérer remplir momentanément la coquille avec quelque chose de pas trop inutile ni trop inintéressant. C’est vrai qu’avec sa démocratisation, la Toile est devenue un espace de la logorrhée. Prendre la parole, certes, mais encore faut-il avoir quelque chose à dire. Attention, ne pas lire ici de propos élitiste genre « laissez parler ceux qui savent », bien au contraire. Chaque avis, chaque témoignage, chaque intervention diffuse sa valeur potentielle, du fait même de sa publication. Mais il est indéniable qu’il y a un effet « miroir aux alouettes », quelque chose entre la libération du narcissisme le plus insipide (ma vie, mon chat, mon bébé, ma maison, ma bite, ma gueule) et l’immunité trompeuse du non vis-à-vis (au lieu de dialogues, on assiste surtout à des monologues croisés). Le tout donne effectivement ce « bruit blanc » dont tu parlais plus haut. Mais, encore une fois, je n’ai pas l’impression que ça soit spécifique à la Toile , sinon en terme de volume sonore. Si tu observes notre comportement au quotidien hors du réseau, faisons-nous vraiment autre chose que de parler de nous, de nos évidentes qualités et de nos épineux problèmes ? Qui écoute vraiment ? Qui s’intéresse vraiment à ce que l’interlocuteur essaie de dire ? Si Internet accentue la tendance et la révèle, ce n’est peut-être pas plus mal, au fond. J’ai tendance à penser qu’Internet n’est qu’un révélateur de notre nature mesquine, soulignée par l’impunité de la distance. On y fait encore moins d’effort de respect ou de courtoisie qu’ailleurs.

     

    ON : C’est vrai que c’est déplorable. Même si, soyons honnêtes, il m’arrive aussi, avec les indélicats ou les trolls béotiens, de sortir l’artillerie lourde et d’oublier volontairement les règles de politesse… Mais je crois qu’Internet, tel qu’il est conçu, fait plus qu’accentuer une tendance. L’homme, selon moi, n’est pas mesquin par nature. L’anonymat, la distance, la solitude de l’internaute vissé à son écran – cette fenêtre ouverte sur le vide –, le relativisme des univers numériques, font qu’Internet délie plus qu’il ne lie. Nos voix, aussi singulières soient-elles, se perdent dans un brouhaha de plus en plus inaudible, sans vraiment se croiser. Ah ! Nous finirons tous comme le cheptel humain du Successeur de pierre de Jean-Michel Truong : débranchés par les Machines !

    En attendant ce funeste jour, courtoisie oblige, je te laisse le mot de la fin. As-tu quelque chose, d’inoubliable et de fou, à déclarer aux âmes égarées qui échoueront sur ces transhumains rivages ?... 

     

    SB : Je te laisse la responsabilité de tes trolls vengeurs ou sarcastiques, mais dis-toi que tu participes peut-être au bruit blanc, ce faisant. Sinon, en guise de conclusion, et bien, courtoisie oblige, donc : merci d’être passé ^^

     

    medium_Cite_Interface_02.jpg

     

    Rappel

    Ma critique de Chromozone et des Noctivores.

    Le texte de Bruno Gaultier sur Chromozone.

    Mon article consacré à La Cité nymphale.

    La première partie de l’entretien.

    La deuxième partie du même entretien.

     

     

    Illustrations (tirées de Chromozone et de La Cité nymphale) © Corinne Billon
    Lien permanent Imprimer 14 commentaires
  • Entretien avec Stéphane Beauverger, deuxième partie

     

     

    medium_Cite_Interface_01.jpg

     

     

    Suite de l’entretien avec Stéphane Beauverger (lire la première partie).

     

     

    ON : Tes romans sont très rythmés. Les chapitres sont courts, souvent entrecoupés d’étranges monologues intérieurs, ça percute, tu recoures souvent à l’ellipse, les dialogues fusent… Rien d’étonnant à ce que tu cites les Young Gods, ou que tu confies la création de la « bande originale » de La Cité nymphale à Hint ! Peux-tu nous parler de ta manière d’écrire ? La musique joue-t-elle un rôle important ?... Le cinéma ?...

     

    SB : Je ne sais pas si j’ai une « manière » d’écrire. J’avoue avoir un côté un peu casanier, « quand faut y aller, faut y aller ». Prosaïquement, au quotidien, j’écris parce que ça doit être fait. Non, plus vicelard, j’écris parce que j’ai hâte de voir ce qui se passe après. Le chapitre suivant. Le livre suivant. Après, j’ai quelques rituels, qui passent par le sifflement de la bouilloire et l’odeur du café chaud. Le besoin de silence aussi, qui fait que j’écris soit la nuit, soit avec des boules Quies. La musique est bannie – j’en écoute énormément par ailleurs – sauf si je cherche à atteindre une émotion particulière que je sais que tel ou tel air ou chanson me procure à chaque fois. Mais c’est un exercice limité, qui demeure marginal. Je me souviens d’avoir relu récemment une intervention de Jean-Claude Dunyach sur un forum, à propos du style, acquis ou inné ? Il faisait une différence que je trouve assez juste entre la « voix » et le « style », toutes deux composantes à part égale de la manière d’écrire. La première étant immatérielle, impalpable, peut-être inscrite dans chaque auteur depuis son premier texte, et le second, plus charnel, physique, inscrit dans une confrontation au temps, au rythme, à la cadence. Ce point de vue me parle. Cette espèce de point de convergence, presque quantique, entre l’objectif souhaité et les moyens mis en œuvre pour l’atteindre et le cerner. Ensuite, je dirais aussi qu’en tant qu’enfant de la culture de l’image (cinéma, publicité, télévision, jeu vidéo), j’ai la chance de pouvoir puiser dans un inconscient collectif – décidément, on y revient – afin de susciter facilement des images dans l’esprit du lecteur. J’aime bien jouer de références croisées pour générer des images inédites. La culture de l’image, la connaissance implicite de la technique du montage audiovisuelle par le public, me permettent aussi de manipuler plus facilement des ellipses ou des inserts. Notre cerveau, qui baigne dans ce jus narratif depuis notre naissance ou presque, est habitué à ce genre de gymnastique. J’en suis gavé, je le régurgite à mon tour. Après, je ne peux que constater mon vieillissement ou ma fatigue croissante, quand je visionne des films récents, visiblement montés et rythmés pour séduire un public ado en quête de montage « clipesque », et qui me donnent la nausée. Je pense par exemple à Moulin Rouge qui change de plan toutes les deux secondes. Je suis physiquement malade, j’ai du mal à le regarder jusqu’au bout. La transgression technique, oui, la débauche foutraque d’effets gratuits, non.

     

    ON : Nous sommes bien d’accord ! Ce n’est d’ailleurs pas le nombre de plans qui est cause (je me souviens d’un stupéfiant court-métrage de Guy Maddin, peut-être « The Heart of the world », au montage tellement frénétique qu’il devait compter plus de plans que les plus insupportables productions Bruckenheimer), que leur agencement inepte, « gratuit » en effet. De la production de sens, censée naître de la succession de deux plans, on passe, dans ces longs-métrages de la génération MTV, à une soustraction : il ne reste rien d’autre que l’effet… Tout le contraire, en somme, de films pourtant aussi différents (quoique tous deux tournés en vidéo) que Honor de Cavalleria, le beau premier film d’Albert Serra (un Don Quichotte minimaliste, en catalan), et Inland Empire, la dernière œuvre, splendide, de David Lynch. Mais, quelles sont tes références cinématographiques ?...

     

    SB : Il y en a tellement que, s’il ne devait en rester qu’un, ce serait sans doute Akira Kurosawa, à la fois pour la qualité visuelle, technique, narrative, humaine de ses œuvres. Rashomon, bien sûr, mais aussi Les Sept Samouraï, Le Chien enragé, L’Ange Ivre, Scandale, Vivre, Les Bas-Fonds, Barberousse, Le Château de l‘Araignée, La légende du Grand Judo... Bon, bref, tout, quoi… En plus, il a travaillé avec Toshiro Mifune, raaah ! Le seul reproche que je ferais à son cinéma, c’est la place et le rôle des femmes, quasi-absentes ou bien presque immanquablement mesquines, manipulatrices, forces d’entropie et sources de malheur. Il y aurait aussi Scorsese, pour La Valse des Pantins et Taxi Driver, et puis Takeshi Kitano pour L’été de Kikujiro. Côté français, Le Corbeau de Clouzot, Ça commence aujourd’hui de Bertrand Tavernier. Et tant d’autres, dont le nom m’échappe, mais dont les films m’ont touché. Ah, si, un dernier, que j’ai découvert récemment grâce à une rétrospective sur le câble : Claude Sautet, ne serait-ce que pour ses scènes de bar. Sautet filmait des bars avec de la vie, pas des décors avec des acteurs qui boivent.

     

    ON : Ah ! Si je veux voir des bars avec de la vie, je cherche plutôt du côté de Cassavetes ! Sautet a su, un temps, saisir l’essence de son époque. Je pense par exemple à Max et les ferrailleurs et à Vincent, François, Paul et les autres qui, pour ce que j’en sais, montrent superbement certaine réalité des années Pompidou et Giscard, en même temps qu’une autre, plus universelle, celle des « choses de la vie ». Mais le Sautet des décennies suivantes, de Garçon ! à Nelly et monsieur Arnaud, m’ennuie trop. Maurice Pialat m’a toujours davantage enthousiasmé. L’Enfance nue, La Gueule ouverte, c’est d’une autre trempe ! En revanche je partage sans réserve ton admiration pour Kurosawa. C’est vrai qu’il n’était pas le grand cinéaste des femmes ! Son cinéma était même aussi exclusivement masculin que celui de Mizoguchi était féminin. Mais doit-on le lui reprocher ? Si je ne m’abuse, tes livres – y compris leurs personnages féminins – sont eux-mêmes très masculins… Mais chez toi la femme n’est pas mesquine ou manipulatrice : tu la prives tout simplement de l’idée même de maternité. Tes personnages féminins sont des révoltées qui suppriment la vie bien plus qu’elles ne la donnent ! Si l’amour n’est pas absent de la trilogie, l’enfantement n’y est jamais envisagé. Cendre est condamné, Gemini castré, et les seules figures paternelles reconnaissables sont un pape iconoclaste, et Peter Lerner bien sûr, aussi puissant qu’absent, qui sera assassiné par ses « enfants », les Noctivores… Je devine d’ailleurs que ces derniers ne procréeront plus par les voies naturelles… D’ailleurs, procréeront-ils, ou se reproduiront-ils ? Et de surcroît, l’émergence de leur Gestalt n’est-elle pas menacée par leur expansion même ?... En effet, les Noctivores ne sont susceptibles d’échapper à l’intelligence machinique, en essaim, totalement inhumaine, qu’en tant qu’ils assimilent des singularités, des expériences individuelles dont le nombre diminuera jusqu’au dernier homme libre…

     

    medium_Chapitre20.2.jpgSB : En fait, j’ai envisagé fortement pendant quelques temps de faire avoir un enfant à Lucie et Cendre. J’étais intéressé par l’idée de « valider » leur couple en leur offrant une progéniture – puisque, n’est-ce pas, ma bonne dame, les enfants, tout de même, ah, quelle joie… Finalement, je n’ai conservé cet hypothétique personnage que sous la forme d’un fœtus mort-né. Ils ont failli avoir un enfant, au moins ils ont essayé. Mais ça n’a pas marché. Deux raisons principales m’ont poussé vers ce choix narratif : d’abord, un bébé viable aurait amené explicitement la notion de combat « pour les générations futures » et ce genre de bêtises, ça faussait ce que je voulais raconter dans cette trilogie. Je ne voulais pas leur accorder cet espoir-là. Justification trop facile de trop d’actes et de décisions. Ensuite, la mort du bébé ramenait Cendre à sa réalité de viande trafiquée et vérolée, capable seulement de donner la mort. Par contre, si j’avais exploré cette voie, j’avoue que ça aurait pu être amusant de confronter le « messie » à son héritier, certainement aussi porteur d’espoir que son papa, jusqu’à peut-être lui voler la vedette dans l’esprit des fidèles. Voilà un aspect du rapport filial, dans le cadre de la société dévastée de l’univers du Chromozone, que j’aurais aimé explorer. Une autre fois, peut-être. Pour ce qui est de la sexualité des Noctivores, j’avoue que je n’ai pas creusé le sujet. À mon avis, ils se tapent une partouze planétaire et cérébrale permanente, si on en croit ce que Justine a pu percevoir de leur monde quand elle s’est infiltrée dans leur champ de perception. Le plaisir du partage et le partage du plaisir, comme je le disais plus haut, sont les meilleures carottes proposées par la Synthèse pour fidéliser ses membres. Pour ce qui est de la question du point critique d’expansion de leur Gestalt, n’est-ce pas la nature de toute entreprise (in)humaine ? Atteindre l’apogée, et commencer à dévaler l’autre versant vers le point de départ. Puis recommencer. L’effondrement, s’il est pénible à vivre et expérimenter, n’est pas la dernière étape. C’est le terreau où puiser l’énergie nécessaire à la progression suivante. C’est aussi pour ça, peut-être, qu’il n’y a pas d’apocalypse à la fin de la trilogie. Au début de Chromozone, la civilisation connaît ses derniers soubresauts avant la pulvérisation. À la fin de La Cité nymphale, de nouvelles forces ont émergé, prêtes à disputer une nouvelle partie. Bon, ensuite, ma nature cynique va prendre le dessus sur ce que je viens de dire, et je ne pourrai m’empêcher de susurrer que c’est bien joli, le « terreau fertile où puiser les forces nécessaires à la prochaine glorieuse élévation », mais la loi de l’épuisement des sols, c’est pas pour les chiens, non plus. Des efforts de plus en plus rudes pour une récolte de plus en plus maigre, c’est une constatation qui n’est pas pour me déplaire, hé, hé, hé… Mais, ma bonne dame, tant qu’il y a de la vie, hein, n’est-ce pas, il y a de l’espoir, tout ça, et trois qui nous font un kilo. Au suivant !

     

    ON : L’humanité serait donc au bout du rouleau… Considérant cela, est-ce que chercher à faire entendre sa Voix a encore un sens ?... Non, je ne te crois pas si cynique. D’ailleurs, de l’apaisement, à la fin de la trilogie, j’ai une autre interprétation, plus pessimiste : la nouvelle domination des Noctivores. Et, en un sens, c’est une Apocalypse, la révélation de la Cité nymphale, la fin du monde humain, le triomphe de nouveaux élus. Et si je pousse le bouchon plus loin, à travers la communion des Noctivores (leur partouze planétaire, si tu préfères !), ce pourrait être le corps – sans organe – du Christ qui est reconstitué, à la fois Un, indivisible, et Multiple, infiniment divisé… À chaque nouvelle « absorption », c’est une Eucharistie que célèbreraient donc les Noctivores… Sauf que, en l’occurrence, il s’agirait plutôt de la chair de l’Antéchrist ! Les Noctivores ont beau montrer un  certain sens de l’humour, et se prétendre « éthiquement viables », ils n’en rappellent pas moins les légions de l’Anome de Grande Jonction, le dernier roman de Maurice G. Dantec : si l’entité est constituée de chaque individu, l’individu n’existe plus en tant que tel, et ne contient plus l’entité – il devient le rouage d’une machine ! J’en reviens donc à ma question. Puisque tu écris, puisque tu entends nous faire partager tes visions, c’est que tu imagines, d’une manière ou d’une autre, que ta Voix est importante… N’est-ce pas ?

     

    SB : Est-ce que c’est si important que cela, la survie de l’individu ? Qu’est-ce qu’il y aurait donc de si noble, de si beau, de si unique et sacré, qui mériterait de ne pas sacrifier son individualité à l’extirpation de la bêtise abyssale qui semble définir notre espèce ? Je me souviens d’un trait d’esprit d’un cartooniste américain – Bill Watterson, je crois – qui disait « la meilleure preuve de l’existence d’une intelligence extra-terrestre, c’est qu’elle n’a pas essayé de nous contacter. » Je souris et j’opine. Je vomis les hommes et ce dont ils sont capables, je méprise notre bassesse congénitale – oui, oui, je me compte dans le lot – parfois traversée par un éclair d’abnégation ou de bonté. Je n’ai pas lu Grande Jonction, mais s’il s’agit de faire entrer chaque individu dans une petite alvéole de ruche, au sein d’une conscience d’essaim ou d’une machine biologique dont chaque élément constituerait un rouage, ce n’est pas mon propos. La Synthèse n’a pas de plan, pas de dessein, pas de politburo. Son créateur échoue quand il tente de la plier à Sa volonté. Elle est de nature « cerveau droit », intuitive, sensible, instinctive. Je la crois capable de création artistique – si tant est que le geste de création soit la définition de l’individualité et de l’autonomie souveraine de chaque être. En tout cas, c’est ainsi que je la vois. Ensuite, libre à chaque lecteur d’y percevoir ce qu’il veut. Je répéterai donc ici que mon but n’est pas d’apporter une réponse, je me contente de poser des questions qui me préoccupent, et c’est déjà assez compliqué. Ce qui, au passage, te donne une idée de l’importance que j’accorde à ma Voix.

     

    ON : La Cité nymphale m’a un peu surpris. L’apex de violence attendu n’a pas lieu. Des feux démarrent de toutes part, mais tu parais prendre plaisir à les éteindre les uns après les autres. L’éveil des Noctivores à l’éthique, la fragile tentative de reconstruction de Lucie, Gemini et des quelques derniers résistants, nécessitaient-ils d’emblée, pour toi, de susciter le désir, puis la frustration, du lecteur ? Il me semble que ça n’est, alors, qu’en partie réussi... Tout m’a paru plus figé que dans les volumes précédents. Aux tempêtes d’images de ceux-ci, succède une sorte de long épilogue, dont les linéaments ne sont jamais vraiment approfondis – sinon, comme je l’ai déjà écrit, dans les « sauts de conscience » qui s’intercalent parfois entre les chapitres. Quel était non seulement ton projet d’ensemble, pour la trilogie, mais encore ton projet sur La Cité nymphale en particulier ?

     

     

    SB : Tu aurais raison de deviner mon plaisir à prendre le lecteur à contre-pied. Je voulais réinjecter de la petitesse dans cette histoire, éviter l‘escalade wagnérienne ou la déflagration à la Akira , en tout cas, pour cette saga-ci. Les héros sont fatigués. Le statu quo s’impose peu à peu. C’est vrai que c’est plus figé et amidonné. Le soufflé retombe. C’est un exercice un peu délicat de traiter du vide et du retour au calme sans écrire « le vide et le calme se font. » Peut-être est-ce aussi un hoquet de tendresse de ma part envers mes personnages, va savoir… Je me rappelle d’une très belle scène au début de Chasseur blanc, cœur noir, quand le réalisateur et le scénariste débattent de la fin du script de leur prochain film. Au terme des épreuves abominables traversées par les héros, le réalisateur veut les tuer, tandis que le scénariste souhaite leur accorder une fin heureuse. Démiurge ou dramaturge ? Pour la Cité nymphale, j’avais envie d’étouffer les trompettes au moment de sonner l’hallali, de renvoyer les walkyries au vestiaire, la guerre de Troie n’aura pas lieu, tout ça. Game over, please insert coin. Qui sait, peut-être suis-je un optimiste qui s’ignore, hé, hé, hé… En même temps, éradiquer l’humanité, c’eut été me débarrasser de ma problématique principale liée à sa violence. Trop facile, tellement peu humain… Non, une petite pincée de mesquinerie, un petit goût d’inachevé avant de refaire les mêmes conneries, c’est tellement plus dans notre nature, niark, niark. 

    medium_LES_NOCTIVORES_interface_1.jpg

     

     

    Illustrations tirées de La Cité nymphale, de Chromozone et des Noctivores © Corinne Billon

     

    Première partie.

    Troisième partie.

    Lien permanent Imprimer 4 commentaires