Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cosmos Incorporated de Maurice G. Dantec (The Novel That Exploded – 2 – Zéropolis)

     

    medium_casshern.2.jpg

     

    « Il n’y a de réel, il n’y a d’imaginaire qu’à une certaine distance. Qu’en est-il lorsque cette distance, y compris celle entre le réel et l’imaginaire, tend à s’abolir, à se résorber au seul profit du modèle :
    ― elle est maximale dans l’utopie, où se dessine une sphère transcendante, un univers radicalement différent […]
    ― elle se réduit de façon considérable dans la science-fiction : celle-ci n’est le plus souvent qu’une projection démesurée, mais non qualitativement différente, du monde réel et de la production. […]
    ― elle se résorbe totalement à l’ère implosive des modèles. Les modèles ne constituent plus une transcendance ou une projection, ils ne constituent plus un imaginaire par rapport au réel, ils sont eux-mêmes anticipation du réel, et ne laissent donc place à aucune sorte d’anticipation fictionnelle – ils sont immanents, et ne laissent donc place à aucune transcendance imaginaire. Le champ ouvert est celui de la simulation au sens cybernétique, c’est-à-dire celui de la manipulation tous azimuts de ces modèles […] mais alors  rien ne distingue cette opération de la gestion et de l’opération même du réel : il n’y a plus de fiction. »
    Jean Baudrillard, Simulacres et Simulation.

     

    « Notre réalité se situe dans un univers de mots, non de choses. D’ailleurs une chose, cela n’existe pas, c’est une Gestalt au sein de l’esprit. […] Le mot est plus réel que l’objet qu’il désigne. »
    Philip K. Dick, Le Temps désarticulé.

     

    Le plot de Cosmos Incorporated – plot, comme dans Plotkine – est d’une simplicité enfantine. « S’il est venu ici, c’est pour tuer un homme. » Sergueï Diego Plotkine, le personnage principal, se rend à Grande Jonction pour tuer le Maire de cette ville. Plotkine n’a pas de mémoire, ou plutôt celle-ci paraît se réassembler – quoique de troublante manière – à mesure que le tueur passe les examens ultratechnologiques de la Métastructure de Contrôle. Cette fraction Nord-américaine de l’Occident – l’Europe est désormais islamiste – est régie par les lois de l’UMHU, l’UniMonde Humain dont la devise est « UNIMONDE HUMAIN, UN MONDE POUR TOUS – UN DIEU POUR CHACUN ». Plotkine, pour préparer son forfait, reçoit l’aide d’El Señor Métatron, intelligence artificielle de sécurité extrêmement perfectionnée.

     

    Cette première partie du roman (pp. 11-247) judicieusement intitulée « Input », qui nous plonge dans le dark age du simulacre, l’UMHU, Zéropolis techno-totalitaire de l’ère des modèles, s’articule autour de deux thématiques principales, inextricablement liées : le devenir-Machine du monde d’une part, tel que prophétisé par Günther Anders dans ce livre essentiel qu’est Nous, fils d’Eichmann, et que représente ici la Métastructure de Contrôle ; d’autre part la révélation à Plotkine que cet univers technicien dévolutif n’est peut-être que l’envers du décor, une fiction en dissimulant une autre – Plot-kiné, le point en mouvement, l’Image-Mouvement de la Vérité Révélée.

     

    Dans son court mais excellent essai Zéropolis, Bruce Bégout désigne Las Vegas, non-lieu de l’urbanité moderne, avant-garde de la ville contemporaine, comme l’espace de la « nullité qui fait nombre »[1]. Grande Jonction n’est ainsi que l’anticipation visionnaire de cette utopie consumériste et schizophrène gouvernée par l’immédiateté et « l’impulsivité itérable »[2], et où « les humains sont des extensions prothétiques de l’urbanisme » (Cosmos Inc., p. 140). Ses hôtels à capsules renvoient au Profanateur de Philip K. Dick, sa technologie futuriste est celle des romans cyberpunk de William Gibson qui, dans Identification des schémas, annonçait l’avènement du « monde-miroir ». L’UMHU, l’UniMonde Humain, le Monde Humain Uni, n’est que marques et acronymes, références sans référents, dissolution du langage dans la Machine Relativiste ; il est aussi la démocratie terminale, le système inhumain de termination ― Unimanité/Unanimité/inhumanité. Le médium est le message. La carte devient le territoire.

     

    Cosmos Incorporated rompt avec la poésie acronymique du cyberpunk. Ce mélange de termes anglais, sigles, néologismes et majuscules n’est qu’une manifestation actualisée du Novlangue orwellien tel qu’analysé par Jean-François Lyotard dans Le Postmoderne expliqué aux enfants. L’avalanche majusculaire n’y a d’ailleurs jamais l’impact symbolique que Frank Herbert avait insufflé au récit de Dune : tout, en UMHU, est indéterminé. « Le vocabulaire du Novlangue [écrit George Orwell en appendice de 1984] était construit de telle sorte qu’il pût fournir une expression exacte, et souvent très nuancée, aux idées qu’un membre du Parti pouvait, à juste titre, désirer communiquer. Mais il excluait toutes les autres idées et même les possibilités d’y arriver par des méthodes indirectes. L’invention des mots nouveaux, l’élimination surtout des mots indésirables, la suppression dans les mots restants de toute signification secondaire, quelle qu’elle fût, contribuaient à ce résultat. »[3]

     

    Or, pour Lyotard, « […] si l’on fait attention à la généralisation des langages binaires, à l’effacement de la différence entre ici-maintenant et là-bas-alors, qui résulte de l’extension des télérelations, à l’oubli des sentiments au bénéfice des stratégies, concomitant à l’hégémonie du négoce, on trouvera que les menaces qui pèsent du fait de cette situation, la nôtre, sur l’écriture, sur l’amour, sur la singularité sont, dans leur nature profonde, parentes de celles décrites par Orwell. » L’UMHU est donc aussi, bien qu’aucune réelle menace de dictature centralisée ne pèse sur l’unimanité qui le peuple, un monde structurellement totalitaire. Un monde de chiffres, perdu pour l’imaginaire.

     

    « Le prodige tient d’une synthèse dévolutive de toute l’espèce biologique connue sous le nom d’homo sapiens ; 5 ou 6 millions d’années depuis les primates du Pliocène pour en arriver là, se dit Plotkine, c’est à se demander si la Parabole de la Chute ne se réfère pas à l’instant même où nous sommes descendus de l’arbre. » (Cosmos Inc., p. 69) « La dévolution n’est pas qu’un phénomène technique. D’ailleurs le constat lui-même est absurde. La dévolution est, par définition, anthropologique parce que la technique, c’est le moment de division infinie de l’anthropogenèse. » (Cosmos Inc., p. 284) Précisément le Progrès, naïvement défini par Bacon comme la somme cumulative et positive des connaissances, génère toujours plus de complexité – c’est l’entropie. De ce Second principe de thermodynamique, George Orwell a d’ailleurs bâti son 1984 : le Progrès, pour lui, crée les conditions de son propre ralentissement, jusqu’à l’inversion irréversible du processus. Sur la Parabole de la Chute, Dantec a sans doute vu juste. Pour Lewis Mumford, le langage n’était autre que la première des technologies. Le langage, qui permet l’émergence hors de l’univers indéterminé de la schizophrénie, est volonté de puissance. Aporie du constat : le Verbe du commencement est aussi celui de la fin (« L’idéal, c’est clair, sera atteint lorsque rien n’arrivera plus. »[4]).

     

    L’UMHU est la figure soft du Camp de Concentration (Plotkine, « l’Homme-venu-du-Camp », nouvelle version de la servitude volontaire de l’État unique de Nous autres d’ugène Zamiatine, de l’emprise du Big Brother de 1984 ou du Panoptique selon Michel Foucault dans Surveiller et punir. Soft, comme chez Burroughs, parce qu’il ne s’agit pas tant d’un État policier que d’un asservissement de l’humain par la Machine-Monde. L’individu, devenu pièce de la Machine, est incapable de se représenter l’ensemble de la Monade urbaine[5] – et pour cause, puisque dans Cosmos Incorporated, il n’y a plus rien à se représenter. C’est ce que Günther Anders appelle un « processus de co-machinisation ». La machine devient monde – le monde devient machine. L’UMHU consacre l’avènement du « royaume millénariste du totalitarisme technique »[6], c’est-à-dire le Camp d’extermination de l’humanité, le Successeur totalement inhumain prophétisé par Jean-Michel Truong.

     

    L’individu se meut dans le bonheur non pas programmé mais circonscrit de la société du spectacle. Weltanschauung comme fait hallucinatoire total. « Dans une société où personne ne peut plus être reconnu par les autres, chaque individu devient incapable de reconnaître sa propre réalité. L’idéologie est chez elle ; la séparation a bâti son monde »[7]. Plotkine est schizophrène à double titre, d’abord en raison de sa mémoire fragmentaire et paradoxale, ensuite parce que dans l’univers régressif narcissique de l’UMHU, le moi est écrasé par la « présence-absence »[8] de la Machine-monde. Les rapports du signifiant et du sens sont altérés.

     

    L’anomalie du fonctionnement symbolique de l’esclave volontaire de l’UMHU, cependant, serait à l’origine du défaut de langage. Pour le schizophrène la croyance délirante possède le caractère réel de l’évidence subjective ; la substitution du signifiant au signifié est impossible. Le mot, selon Lacan, est « le meurtre de la chose ». Seul, Plotkine n’aurait donc jamais pu échapper à l’emprise de la Machine. Il était dès lors logique que son salut vînt de l’extérieur – d’El Señor Métatron. La Métastructure de Contrôle ne serait-elle donc que l'envers luciférien du Royaume de Dieu ?

     

    « La quotidienneté même de l’habitat terrestre élevé au rang de valeur cosmique, hypostasié dans l’espace – la satellisation du réel dans la transcendance de l’espace – c’est la fin de la métaphysique, c’est la fin du phantasme, c’est la fin de la science-fiction, c’est l’ère de l’hyperréalité qui commence. »
    Jean Baudrillard, Simulacres et Simulation.

     

    A venir : Cosmos Incorporated de Maurice G. Dantec (The Novel That Exploded – 3 – Trou Noir).

     



    [1] B. Bégout, Zéropolis (Allia, 2002), p. 15

    [2] Ibid., p.  109.

    [3] G. Orwell, 1984 (Gallimard, Folio, 2002), p. 422.

    [4] E. Zamiatine, Nous autres (Gallimard, L’Imaginaire, 1971) p. 36.

    [5] « Obéissance et irresponsabilité, voilà les deux Mots Magiques qui ouvriront demain le Paradis de la Civilisation des Machines. » (G. Bernanos, La France contre les Robots, Le Livre de Poche Biblio, 1999, p. 123.

    [6] G. Anders, Nous, fils d’Eichmann (Rivages, Bibliothèque, 1999), p. 85.

    [7] G. Debord, La Société du spectacle (Gallimard, Folio, 1992), p. 207.

    [8] Ibid., p. 208.

    Lien permanent Imprimer 7 commentaires
  • Cosmos Incorporated de Maurice G. Dantec (The Novel That Exploded ― 1 ― Input)

     

    medium_cosmos_incoporated.2.jpg

     

    « C’EST UNE GUERRE D’EXTERMINATION. LUTTEZ CELLULE PAR CELLULE A TRAVERS LES ECRANS-CORPS-ESPRITS DE LA TERRE. AMES POURRIES PAR LA DROGUE-ORGASME, CHAIRS EXTRAITES DES FOURS TREMBLANTES, PRISONNIERS DE LA TERRE SORTEZ. PRENEZ LE STUDIO D’ASSAUT – »
    William S. Burroughs, Nova Express.

     

    Tantôt porté aux nues par ses fervents thuriféraires, tantôt ridiculisé par ses ennemis bêlants, le dernier roman de Maurice G. Dantec a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais hormis ceux du Stalker comme d’habitude – quoique sur le mode inhabituel, mais fort pertinent, de la « divagation » –, pour qui Cosmos Incorporated était le prolongement prophétique et incontrôlé de ses propres réflexions sur le devenir-Machine du monde, rares ont été les commentaires intelligents, qui ne se seraient point contentés de signaler, usant de paraphrases et de formules journalistiques bien commodes, combien le roman est passionnant, ou indigeste, ou ambitieux, ou mystique, ou laborieux, ou tout cela à la fois, mais qui auraient au contraire résolu d’en explorer les tortueux rhizomes, d’en éclairer les épaisses ténèbres, d’en enténébrer la lumière trop crue. A trop rester en surface, à trop craindre de se perdre dans le labyrinthe des références et des errements littéraires de l’auteur, la plupart des critiques, effarouchés, sont complètement passés à côté de leur sujet, louchant un peu trop, à l’évidence, vers Philip K. Dick (Le Maître du Haut Château, Ubik ou la trilogie divine), alors que c’est sans doute davantage vers William S. Burroughs et son fameux quatuor (Le Festin Nu, La Machine molle, Le Ticket qui explosa, Nova Express) qu’il aurait fallu se tourner afin d’en mieux appréhender les enjeux, l’ambition et, au final, l’échec.

     

    Sur ce monstrueux et aporétique roman de science-fiction qui met en scène son propre combat contre l’empire totalitaire de l’entertainment, sur ce rejeton difforme de Villa Vortex qui refuse la toute-puissance stochastique de l’ère post-industrielle, rien, ou presque, n’a encore été dit. Je vous invite donc à suivre en ces pages, dans les jours qui suivent, ma propre déambulation, ma propre errance au cœur du vortex, dans l’œil-fiction de la Métastructure de Contrôle – implacable descente au plus profond du cerveau de Sergueï Diego Plotkine, voyage critique au centre de la nuit métatronique. Errance, certes, car, et c’est peut-être l’intérêt majeur d’un récit qui ne parvient jamais à être un vrai roman au sens où l’entendait Raymond Abellio dans La Fosse de Babel, c’est-à-dire à « enfermer la plus haute charge de pensée et de vie dans la forme à la fois la plus concertée et la plus frémissante », d’un récit qui s’abreuve à mille sources comme son Enfant-Boîte, d’une œuvre au verbe métastatique, jamais vraiment maîtrisé, c’est peut-être son intérêt majeur, donc, de rendre inopérantes les pratiques formatées de la critique, de tuer dans l’œuf la simple note de lecture, d’avorter le compte-rendu synthétique. Errance, donc, mais rigoureusement téléguidée par nos obsessions propres. Ainsi nous intéresserons-nous d’abord à la première moitié de Cosmos Incorporated, à son apocalyptique description des simulacres de l’UniMonde Humain de Grande Jonction, soft totalitarism cyberpunk inspiré du Nous, fils d’Eichmann de Günther Anders, contre-utopie dans la lignée du Meilleur des mondes d’Huxley ou des Monades urbaines de Silverberg, ainsi qu’à sa théorie orwellienne, moins novatrice mais très stimulante, de « dévolution », à son homme dans le labyrinthe, Sergueï Plotkine dont les doigts morts parlent, et à son « ange » neuromatriciel El Señor Métatron. Puis nous verrons, dans un second temps, combien la « révélation » du Scribe halluciné Plotkine, qui fait exploser la narration au beau milieu du récit, n’est qu’une tentative confuse mais impérieuse de sauver ce contre-roman de sa propre incorporation ; de sauver l’humanité – rien de moins – de sa réification finale, en proposant de lui redonner vie par la fiction.

     

    « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. »
    Saint Jean, Evangile, 1, 1

     

    A venir : Cosmos Incorporated de Maurice G. Dantec (The Novel That Exploded – 2 – Zéropolis).

    Lien permanent Imprimer 13 commentaires
  • Scènes de la vie conjugale d’Ingmar Bergman – visages de Liv Ullmann

     

    medium_scenes_de_la_vie_conjugale_2.2.jpg

     

    Ce texte est initialement paru dans le Journal de la Culture.

     

    En six épisodes de cinquante minutes sans une seconde de romantisme, Scènes de la vie conjugale dissèque quelques moments cruciaux de la vie d’un couple, avec une précision quasi entomologique qui contraste ironiquement avec l’errance affective des protagonistes. Les éditions MK2, de plus en plus indispensables – parmi les sorties récentes, citons les films de Tarkovski (L’enfance d’Ivan, Andrei Roublev, Solaris, Le Miroir, Stalker), de Gus Van Sant (Gerry, Elephant), de Robert Bresson (Pickpocket, Procès de Jeanne d’Arc, L’Argent) et, donc, d’Ingmar Bergman avec Saraband, son magistral dernier film, et cette version longue des Scènes de la vie conjugale, réalisée en six semaines en 1973.

    Résumé des épisodes :

    1. Innocence et panique. Marianne (Liv Ullmann, effarante de vérité, telle qu’en elle-même) et Johan (Erland Josephson, inégalable) sont mariés depuis dix ans. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants, Eva et Karin, sans faire de vagues, au point qu’une amie journaliste fait de ce bonheur parfait le sujet d’un article pour un magazine féminin. Marianne est spécialisée dans les affaires de divorce, Johan est chercheur à l’université. Au cours d’un dîner, ils sont confrontés à l’enfer conjugal d’un couple d’amis, Peter (Jan Malmsjö) et Katarina (Bibi Anderson[1]), qui s’entredéchirent et font étalage de leurs rancoeurs. Marianne, un peu plus tard, apprend à Johan qu’elle est enceinte. Premier signe d’incompréhension : elle finit par avorter.

    2. L’art de cacher la poussière sous les meubles. Marianne, déjà oppressée par la pression familiale, est ébranlée par la confession d’une cliente qui souhaite divorcer après vingt ans de mariage sans amour. Le vernis de leur mariage modèle, de sa réalité bien ordonnée, commence à fondre. Marianne et Johan – dont l’attitude commence à trahir l’infidélité – se disputent ouvertement à propos de leur sexualité laborieuse, mais l’affrontement tourne court et la politique de l’autruche finit par l’emporter.

    3. Paula. Johan apprend à Marianne qu’il a rencontré une autre femme et qu’il s’apprête à partir huit mois avec elle. Johan n’a aucune considération pour sa famille, et Marianne est effondrée.

    4. La vallée des larmes. Un an a passé. Ils se retrouvent pour la première fois, en tête à tête. Marianne semble se remettre peu à peu – elle a un nouvel amant – tandis que Johan accuse le coup, déjà lassé de Paula et traversant une mauvaise passe professionnelle. Marianne lui lit des extraits importants de son journal intime, mais Johan s’endort.

    5. Les analphabètes. Marianne et Johan se retrouvent encore, pour signer les papiers du divorce. Marianne joue l’insouciante, Johan la victime. Dix ans de non-dits, de frustrations, de rancœur refont soudain surface en une explosion de violence physique et morale, et chacun cherche à détruire l’autre. Johan, effaré par sa propre violence, capitule.

    6. En pleine nuit dans une maison obscure quelque part sur terre. Sept ou huit ans plus tard, Johan et Marianne, tous deux remariés et apaisés, se retrouvent à nouveau, en secret. Dans une maison de campagne, ils parlent de choses douloureuses, de leur insignifiance, de leur égarement, mais ils sont enfin unis par une authentique tendresse mutuelle.

     

    medium_scenes_de_la_vie_conjugale_1.3.jpg

     

     

    Dans un numéro spécial de Positif consacré à l’œuvre du maître, un critique écrit que « Scènes de la vie conjugale interpelle notre conscience à un degré tel qu’il est impossible de ne pas laisser transparaître dans toute velléité critique notre propre frustration, l’envers de notre éducation, la lie de nos angoisses comme la transparence pathétique de notre carapace. »[2] On ne saurait mieux dire. Avec cette implacable autopsie du couple occidental et de la vie conjugale, Bergman nous force à regarder ce que nous refusons de voir, il nous force à entendre ce que nous nous efforçons de taire. En même temps qu’aux émois et déchirements conjugaux de Johan et Marianne, le spectateur assiste à la projection terrible et dérisoire de sa propre vérité intérieure : ses faiblesses, ses lâchetés, sa veulerie, sa soumission aux conventions sociales comme aux pulsions sexuelles, ses échecs, ses erreurs, ses exigences insensées envers l’autre, sa trivialité, ses manques et ses angoisses. C’est de notre propre vie que nous sommes spectateurs ; nous contemplons l’œil du cyclone – au plus profond de notre âme[3]. Liv Ullmann, dans un touchant film d’entretiens proposé en complément du DVD de Saraband, affirme – non sans gravité – que lorsque la caméra s’approche de son visage pour un gros plan, cette dernière la trouve « plus exposée que l’amant qui s’imagine avoir lu [ses] pensées. ». Le plus souvent en effet, ces visages ne sont pas maquillés, exposés dans leur indécente nudité : chez Bergman, ils ne sont pas seulement des surfaces, ils possèdent aussi une profondeur propre, un relief – une histoire – que le cinéaste, maître du gros plan, saisit mieux que quiconque.

    Associé à la voix de l’actrice – ou de l’acteur –, le gros plan excède largement le simple cadre technique du choix d’échelle : il est toujours la représentation, à la pureté inégalée, d’une souffrance d’être-là ; Ingmar Bergman souffre en effet d’être affronté aux déterminismes biologiques et sociaux, incroyant en quête du sens de la vie et d’une vérité spirituelle. Cette spiritualité ne se conçoit cependant, chez Bergman, qu’aux nœuds d’une trame naturaliste de relations humaines, affectives, biologiques – terrestres –, « plus physique que métaphysique » pour reprendre les mots de Truffaut. Si le gros plan bergmanien bouleverse autant, c’est qu’il suscite le pur effroi de l’être confronté au néant, en même temps qu’il nous relie irrévocablement à cette humanité reflétée tout entière dans ce visage – une communion. Comme dans La Passion de Jeanne d’Arc de Dreyer, les décors sont minimaux, dépouillés, l’espace est aboli dans l’épure tragique du gros plan par cette « déterritorialisation très spéciale propre à l’image-affection »[4] évoquée par Gilles Deleuze. Ce qui est alors exprimé n’est pas tant l’état d’âme d’un personnage donné dans une situation donnée, qu’un affect pur arraché aux coordonnées spatio-temporelles, c’est-à-dire à son contexte diégétique. Quand Liv Ullmann se tord le visage après la brutale révélation de l’infidélité de Johan, nous ne voyons plus que la douleur elle-même, c’est-à-dire la nôtre. « Il n’y a pas de gros plan de visage [écrit encore Deleuze]. Le gros plan, c’est le visage, mais précisément le visage en tant qu’il se défait de sa triple fonction [individuante, relationnelle, communicante]. Nudité du visage plus grande que celle des corps, inhumanité plus grande que celle des bêtes. […] Bergman a poussé le plus loin le nihilisme du visage, c'est-à-dire son rapport dans la peur avec le vide ou l’absence, la peur du visage en face de son néant. [Il] consume et éteint le visage aussi sûrement que Beckett. »[5] Voix de Liv Ullmann, consubstantielle à son visage : recadrée en gros plan, elle parle littéralement dans le vide, écoutée de nous seuls – Johan, lui, s’endort. Le hors champ devient hors cadre – le visage devient le cadre. Marianne/Liv Ullmann devient icône de la femme trompée, humiliée, ravagée par la culpabilité et la mauvaise conscience, annonciatrice de la fin de la domination masculine – l’avènement d’une ère nihiliste déchirée entre une éducation traditionnelle, disons « judéo-chrétienne », avec ce que cela suppose de renoncements, de frustrations, de solitude spirituelle, et de nouvelles exigences affectives, sexuelles, sociales.

     

    medium_scenes_de_la_vie_conjugale_3.2.jpg

     

     

    « Est-ce une question de choix, bon ou mauvais, ou est-ce qu’on suit sans le vouloir une voie déjà tracée, jusqu’au couperet final ? » demande Johan, alter ego de Bergman – lire les éloquentes premières pages de Laterna magica[6] –, angoissé à l’idée de n’être que le jouet de pulsions, de déterminismes divers, et incapable d’assumer ses actes ou simplement d’en mesurer la portée. Ainsi l’avortement de Marianne, qui leur apparaissait comme un choix raisonnable, une décision réfléchie, une arme contre le destin, est vécu par Marianne comme un drame, un déchirement, une culpabilité supplémentaire. Quand la femme d’occident s’émancipait, chacun se mit à proclamer sa sacro-sainte « liberté » – d’aimer, de jouir, de tromper, d’avorter… – au mépris des responsabilités qui en découlaient. Curieusement, alors que la plupart des critiques ont décelé quelque optimisme dans le dénouement de Scènes de la vie conjugale, j’ai toujours été frappé par le caractère menaçant de la corne de brume qui retentit au loin, « en pleine nuit dans une maison obscure quelque part sur Terre » et qui précède immédiatement – ou qui déclenche ? – le cauchemar de Marianne : celui-ci est d’une importance cruciale en vérité, et concerne les enfants. Voici le récit qu’en fait Marianne à Johan, encore effrayée, le visage marqué par l’angoisse : « On devait traverser une route très dangereuse… Je voulais que les filles nous donnent la main… Mais c’était impossible. Je n’avais plus de mains. Je n’avais plus que des moignons. J’étais en contrebas, je sautais sur le sable. Je ne pouvais pas vous attraper. ». Ce détail m’a toujours intrigué car les deux petites filles justement, après deux courts plans de pose photographique au tout début du film, ne sont plus montrées, comme si elles n’existaient pas, comme si leur existence était superficielle, virtuelle, pure convention d’apparat. « Je crois que les petites peuvent s’en aller », dit rapidement le photographe, et en effet, nous ne les reverrons pas. Or la fin de Saraband – où l’on retrouve les deux mêmes personnages, bien que leurs âges et les noms de leurs proches ne correspondent pas tout à fait (pour Bergman nous portons plusieurs masques) –, ce plan terrible – l’Innommable ? – de leur fille Martha recroquevillée dans son mutisme autistique, et de son regard porté sur Marianne, suivi d’un plan du visage pudiquement anéanti de Liv Ullmann, devraient suffire à nous convaincre de la sévérité du jugement. Les enfants, les êtres humains, n’ont pas tant besoin d’ordre ou de liberté, que d’amour. En la matière, hélas, nous sommes tous des « analphabètes des sentiments ».

     

    SCENES DE LA VIE CONJUGALE, film TV d’Ingmar Bergman, 1973 (3 DVD chez MK2 éditions, 5h10 environ, 40€ environ).

     



    [1] Impossible de ne pas mentionner Persona (1966) dans lequel Liv Ullmann et Bibi Anderson se confondent sur la pellicule : Katarina, dans Scènes de la vie conjugale, n’est encore que l’image spéculaire de Marianne.

    [2] Y. Dahan, « Scènes de la vie conjugale : la télévision est la rétine de l’œil de l’esprit » in Positif n°498 (Juillet-août 2002), p. 60.

    [3] Tout le contraire de la prétendue « téléréalité » qui, au lieu d’êtres douée d’âme, nous montre seulement des archétypes, des caricatures, des pantins qui ne reflètent rien.

    [4] G. Deleuze, Cinéma I - L’Image-Mouvement (Minuit, 1983), p.137.

    [5] Op. Cit., p. 141-142.

    [6] I. Bergman, Laterna magica (Gallimard, 1987).

    Lien permanent Imprimer 9 commentaires
  • Violences urbaines - le temps du loup

    medium_le_temps_du_loup_m._haneke.2.jpg

    « Ce matin, comme je sortais de l'Eglise, chargé de peine, ayant vu donner le Corps de Jésus-Christ à des canailles, un bicycliste arrive sur nous avec une telle violence que j'en suis épouvanté. Une seconde plus tard, il renverse un petit enfant, et accélère son mouvement, sans même retourner la tête. Il y aurait plaisir à l'abattre d'un coup de fusil. »
    Léon Bloy, Journal T. II, 3 septembre 1899.

     

    « Il n'y a que violence dans l'univers; mais nous sommes gâtés par la philosophie moderne, qui a dit que tout est bien, tandis que le mal a tout souillé, et que, dans un sens très vrai, tout est mal, puisque rien n'est à sa place. »
    Joseph de Maîstre, Considérations sur la France.

     

    La situation n’est pas désespérée, mais l’heure est grave, plus grave que ce que la diminution des violences urbaines laisse déjà entendre aux commentateurs médiatiques. Sans pour autant prendre l’exacte mesure du mal, la France, Babylone soumise à la sournoise dictature des démocrato-bien-pensants, est entrée depuis un certain temps déjà – difficile d’en déterminer précisément les prémices – dans une véritable crise (métaphysique, politique, intellectuelle, culturelle, économique, sociale), terme hélas tellement galvaudé par la poltronnerie journalistique et le Novlangue périurbain que nous ne lui accordons désormais, quand nous franchissons ses frontières, qu’un distrait haussement d’épaules. La réalité qu’il désigne, guère reluisante, ne laisse pourtant pas d’inquiéter. Difficile en effet de continuer à faire semblant, à se réfugier, comme les mondains de Caché de Michael Haneke, comme la famille américaine de A history of violence de David Cronenberg, comme les aristocrates de l’élégant Match Point de Woody Allen ou encore comme les cyniques nantis de Land of the Dead de George Romero, derrière nos simulacres de prospérité, de paix sociale et de progrès, quand les preuves d’une importante régression s’accumulent à un rythme exponentiel sur nos écrans, derrière nos fenêtres ou même – surtout, devrais-je écrire – dans l’enceinte de nos propres murs dont la décrépitude témoigne de l’insupportable inflation des loyers.

    Chaque jour, le cyber-cerveau encore insuffisamment défragmenté après une courte nuit de sommeil, le Transhumain écoute d’une oreille inattentive les inermes chroniques et journaux d’information – liés par une immarcescible langue de bois – de la « tranche » matutinale de diverses stations de radio. Parfois mon choix, plus aléatoire que volontaire, se porte sur certaines stations généralistes à fort taux d’écoute. Récemment alerté par ma vigilante bien-aimée, j’ai constaté à sa suite que la cible des séquences publicitaires – ces plaies purulentes sur lesquelles mon attention aguerrie glisse d’ordinaire avec une fluidité parfaite – avait insidieusement gagné les cercles intérieurs de l’Enfer social : désormais la plupart des « réclames », interminable enchaînement de sketches plus débiles les uns que les autres, insultes à l’intelligence des auditeurs, vantent plus volontiers les rayons discount des grandes surfaces que la qualité des produits et présentent des produits de consommation courante comme s’il s’agissait de produits de luxe accessibles aux seuls privilégiés… A qui sait écouter donc – à qui sait déchiffrer le grossier langage des annonceurs excrété par les émonctoires audiovisuels –, en dépit des incessants gargarismes des économistes pour qui, puisque la croissance va, tout va, à qui sait écouter donc, à qui sait plonger de temps à autre dans le monde réel, les signes d’une déchéance métastatique apparaissent dans leur exsangue clarté : les Français sont majoritairement pauvres.

    Et en effet, le Transhumain doit bien convenir qu’en dépit des mensonges éhontés des suintants idiots du Point et du Figaro, la pauvreté n’est pas l’apanage des cités. Le Transhumain sait même pertinemment que parmi les casseurs se trouvent sans doute de nombreux trafiquants d’armes, de drogue, de prostituées ou d’autres choses, dont les crimes leur rapportent plus en une nuit que ce qu'il gagne en travaillant tout un mois [1]. Désormais les « classes moyennes » parisiennes s’apparentent plus au prolétariat qu’aux désabusés des professions libérales tels que décrits par Jim Ballard dans Millenium People. La principale cause – mais non la cause première – de cette paupérisation généralisée, que nient pourtant avec une hypocrisie convulsivante les vils imposteurs qui nous gouvernent, ces fourbes chiens de concours, est évidemment l’incroyable flambée de l’immobilier que ne compense jamais – j’aimerais leur fourrer ça dans le crâne à coups de marteau – la hausse dérisoire des revenus. En d’autres termes, les moins riches sont structurellement refoulés, en même temps que les ordures des plus aisés, aux marges de la ville, c’est-à-dire dans les banlieues, dans les cités qui, aujourd’hui, sont saccagées par certains autochtones, barbares que nous ne confondrons évidemment pas, contrairement à l’extrême droite, avec l’ensemble des habitants de ces territoires sinistrés.

    Dans Caché, le monde réel, c’est-à-dire celui des rues et des hommes, celui de la vie et de la mort, non celui, factice, de la télévision et de certains cercles intellectuels-mondains, est littéralement inhibé, subsumé par les rôles, parfaitement déterministes, qu’occupent socialement Georges/Auteuil et sa femme, interprétée par Juliette Binoche – avant que l’inconscient ne se manifeste. Dans A history of violence, l’admirable film de David Cronenberg, Tom/Joey/Mortensen et sa femme, le passé est pareillement évacué, littéralement tué, détruit par la violence brutale, psychopathologique, de cet homme qui nous apparaissait pourtant, dans un premier temps, paisible et bon. Cette violence elle-même, instrument du subterfuge – et ADN identitaire –, est d’ailleurs sinon démentie, du moins dérivée, comme dans Crash – mais pour combien de temps ? – en puissant catalyseur du désir sexuel. Or, à écouter les déprécations des médias de masse, relais inébranlables de la pensée unique de gauche et de l’ultralibéralisme, il ne se passe rien de grave dans nos banlieues, ou, disons seulement l’équivalent viril d’une joyeuse manifestation syndicale, au point qu’une partie non négligeable des politiques, sociologues et journalistes (liste non exhaustive) éprouve plus de sympathie – comprendre : complicité – pour les délinquants que pour les policiers chargés de rétablir l’ordre public. Sur ce point soyons clairs : ces voyous zostériens, que la pauvreté de langage renvoie aux franges de l’homme et de l’animal, s’en prennent aussi bien aux biens de consommation – symboles, paraît-il, de l’odieux système capitaliste – qu’aux équipements scolaires, culturels ou sociaux de l’Etat. Comme l’écrit Francis Moury, ils « ne respectent donc plus ni loi pénale, ni loi civile, ni loi religieuse ». Les groupes armés qui sèment la terreur dans nos villes, selon nos apologues du crime, seraient ainsi les victimes pathétiques du « système » quand les policiers, eux, seraient tous d’odieux aryens assoiffés de sang noir ou basané (délire paranoïaque entendu dans l’émission « Là-bas si j’y suis » présentée par Daniel Mermet)… Les meutes de hyènes coprolaliques qui saccagent le bien public comme le bien privé, qui frappent à mort l’amateur de lampadaires comme le simple riverain, qui attaquent les représentants de l’ordre à l’aide de projectiles lourds, contondants ou balistiques, au risque de blesser gravement, en plus des CRS, les femmes, les enfants et les hommes innocents, sont pourtant bien réelles, affreusement réelles, inexcusables, impardonnables pour leur abjection, inassimilables – comme sont tout aussi inadmissibles, affirmons-le sans ambiguïté, les violences policières gratuites, trop fréquentes dans les cités. Répétons-le : les émeutiers, petites frappes terroristes, souvent enfants et petits-enfants dégénérés d’honnêtes travailleurs, se conduisent comme des fauves indignes de notre respect (ce respect qu’ils réclament pourtant à coups de jets de pierre et de cocktails Molotov !). Ils n’obéissent pas à la raison, qu’ils ont sciemment désertée, mais plutôt à des pulsions primaires, reptiliennes, animales, bestiales, celles-là mêmes que l’idéologie bien-pensante dominante décline à l’infini ! En France, en 2005, le concept pourtant noble – chrétien ? – de tolérance est utilisé avant tout à des fins mercantiles aux désastreuses conséquences : le meilleur moyen de doper la consommation ne consiste-t-il pas à faire accroire aux individus que tout ce qu’ils souhaitent, tout ce qu’ils désirent, doit être assumé, assouvi, encouragé, sans qu’aucune échelle de valeurs (esthétiques, morales) ne soit plus admise ? Le regroupement des casseurs en « tribus », loin de n’être qu'une charmante ré-appropriation de l’espace urbain, pour employer l’émolliente terminologie des sociologues, me rappelle plutôt les clans préhistoriques, bestiaire d’un autre temps dont Pierre Bordage avait pressenti la décadente résurgence dans ses Fables de l’Humpur – pensons également aux enclaves communautaires de Chromozone de Stéphane Beauverger, dont les accents prophétiques devraient être lus par un plus large public.

    Le recours à la force institutionnelle d’Etat, la seule qui soit légitime, s’impose donc, mais cette fois encore les saintes-nitouches gauchistes se pâment d’indignation. Comment, Transhumain ? Soumettre ces pauvres jeunes ? Ces malheureuses victimes ? Ces défavorisés ? Vous êtes fou ! Fasciste ! Vichyste ! Allons, les enfants, assez ri. Bien entendu, je n’exige pas, invétéré opposant à la peine de mort, que les voyous soient exécutés comme les desperados de western qu’ils sont pourtant. Mais l’Etat, répétons-le, dont la stabilité repose justement sur ce que Max Weber désignait comme la monopolisation, dans les limites d’un territoire, de la violence physique comme moyen de domination – ses structures institutionnelles sont d’ailleurs constituées en ce sens –, ne doit en aucun cas céder au chantage terroriste. Préalablement à toute annonce, à toute mesure économique, sociale ou autre, destinée à aider les populations de ces quartiers – aides qui, sans cela, ne seraient rien d’autre que de vulgaires primes, bénédiction accordée aux criminels quand les victimes, comme le rappelait Francis Moury, éprouvent quelque difficulté à être dédommagées par les assurances (il semblerait, sur ce point, que le gouvernement agisse enfin dans le bon sens) –, l’ordre et la paix civile doivent être inflexiblement rétabli par l’Etat. En aucun cas, le gouvernement ne doit laisser s’organiser, comme on l’a vu, des milices de quartier et autres comités de défense qui, si elles se pérennisaient, accoucheraient inévitablement de phalanges extrémistes dont les exactions entraîneraient le pays, d’expéditions punitives en mesures de représailles, dans une situation conflictuelle perpétuelle comparable à celle que vit aujourd’hui Israël. Toute forme de racisme, y compris anti-blancs – sur cette question aussi, la naïveté séraphique de certains est proprement confondante –, doit être sévèrement punie.

    Si je puis prendre fait et cause pour d’authentiques révolutionnaires, jamais ces sociopathes qui ne haïssent rien tant que la France, n’auront ma sympathie, même s’ils ne sont, j’en suis douloureusement conscient, que les rejetons monstrueux d’une société égotiste, infiniment divisée en cellules disjointes, gangrenée par le Relativisme dogmatique comme par l’individualisme ultime, et où les richesses complaisamment exhibées aux yeux de tous, suscitent chez les faibles d’esprit et de culture non plus le désir, moteur essentiel à toute action humaine, mais l’exigence d’une satisfaction immédiate – psychopathologie terminale : l’individu se confond avec (se réduit à) ses possessions matérielles. De la même façon, les journaux, qu’ils soient écrits ou télévisés, regorgent de témoignages de mères de famille d’origine extra-européenne dont les ressources ne suffisent pas à pourvoir aux besoins de leurs nombreux enfants entassés dans des appartements trop étroits. Nous compatissons, mais ce que ne disent pas nos trichineux journalistes, c’est que ces personnes bénéficient exactement des mêmes droits aux allocations que les autres français : au nom de quel principe inique l’Etat devrait-il aider ces familles plus, ou moins, que d’autres ? La France, ce n’est pas rien, offre à tous ses citoyens l’égalité des droits et des devoirs – du moins son devoir absolu est-il de subvenir sans condition aux besoins les plus élémentaires de ceux qui en foulent le sol –, quelle que soit leur couleur de peau, quelle que soit leur religion, quel que soit leur sexe : devrait-elle encore, de surcroît, leur fournir clés en main travail, réussite, richesse, et pourquoi pas sea, sex and sun, sans qu’aucun effort ne soit consenti ? Non. Dans le cas qui nous intéresse ici, des mesures comminatoires s’imposent.

    Ces bandes armées, comme je le suggérais en introduction, ne doivent surtout pas être considérées comme de négligeables coups d’éclats, comme simple épiphénomènes propices à réveiller le cadavre républicain, mais plutôt comme les prodromes d’un possible embrasement de l’occident[2]. J’avais été profondément frappé, en août dernier, par les improbables conséquences du passage de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans. En direct-live des Etats-Unis d’Amérique, super-puissance économique et militaire, nous parvenaient des nouvelles et des images effarantes, qu’on aurait dites importées d’un pays du Tiers Monde : pillages, viols, meurtres, cadavres abandonnés en pleine rue, rien n’aura été épargné aux victimes, majoritairement noires. Camps de fortune, abris en carton, braseros ; files interminables de réfugiés : cela ne vous rappelle rien ? Et ces violences urbaines qui, avant de décroître provisoirement, avaient gagné la France entière ? Depuis plusieurs décennies, films et romans d’anticipation, jugés au mieux caricaturaux, au pire tout simplement absurdes car contraires, paraît-il, à la marche inéluctable et positive du progrès, nous y avaient pourtant préparés… Les événements actuels, à mon sens, évoquent plus le repli communautaire de L’Ange de l’abîme et des Chemins de Damas de Pierre Bordage, ou l’éclatement tribal de Chromozone de Stéphane Beauverger, que les émeutes marxistes de La Révolte des rats de François Muratet… Dans les entrailles des véhicules calcinés, l’aruspice moderne entreverrait sans doute l’avenir « dévolutif » du genre humain tel que remis au goût du jour par Maurice G. Dantec dans Cosmos Incorporated – Dantec, soit dit en passant, a tort de frétiller de la queue comme il le fait : il n’est pas le premier, loin s’en faut, à avoir prévu ce genre d’émeutes. Si les gouvernements et les intellectuels n’y prennent garde dès aujourd’hui, l’humanité risque fort de dégénérer à l’état de bandes sauvages, à l’instar de ces pitoyables créatures qui hantent les terres apocalyptiques de La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq.

    Cette régression, aussi patente, aussi spectaculaire soit-elle, a cependant d’évidentes origines sociales – je ne crois pas  aux théories du complot islamiste, pas plus qu’aux accusations monomaniaques d’incompatibilité culturelle entre Islam et Occident. Pauvreté, immigration, ghetto, cités forcloses, relativisme, n’excusent pas le vandalisme, et encore moins les agressions, mais ont indubitablement créé les conditions d’émergence de tels phénomènes. « ― Il y en a qui, pour [s’élever un moment au-dessus de leur propre nullité], ont besoin d’un chien, d’autres d’un ami, d’autres encore d’une femme ou d’un parti, et enfin, dans des cas très rares, de toute une époque. » écrivait Nietzsche dans Aurore. Les violences urbaines de ces derniers jours sont manifestement dirigées, sans que cela soit le moins du monde théorisé, contre une époque ; et même : contre le monde. Il convient impérativement et urgemment de repenser l’urbanisme et les politiques territoriales, conjointement à une ferme reprise en main du marché immobilier.

    L’immigration doit par ailleurs être mieux contrôlée : sans revenus, sans qualifications, les immigrés africains et maghrébins sont souvent contraints de rejoindre les banlieues, qu’ils ne quittent alors plus jamais, au point que bien des jeunes, dans ces cités, sont même incapables de concevoir qu’une autre vie existe, hors des barres de béton, des trafics divers et des rapports de force. Et les étrangers qui s’installent en France – ainsi que les Français eux-mêmes ! – doivent impérativement être avertis que si l’Etat leur garantit l’égalité des droits, il ne saurait en revanche leur promettre l’égalité sociale ou économique. Ce que l’Etat peut et doit faire, néanmoins, c’est assurer la continuité des services publics dans ces zones sensibles. Bureaux de poste, police, écoles, bibliothèques, sont les outils indispensables dont est doté l’Etat pour s’assurer que tous les Français bénéficient des mêmes libertés. Or, il faut bien convenir que les gouvernements Raffarin et Villepin, vitupérables architectes de la subsidence étatique ont déjà largement contribué à la destruction systématique de ces essentiels garde-fou ; ils ont mis en branle un important processus de décentralisation dont nous connaissons tous les conséquences – l’Etat pusillanime s’est volontairement désengagé de ses devoirs, avec une lâcheté ignoble dont ses représentants, messieurs Chirac le prévaricateur, Raffarin le bonimenteur, Villepin le (quoi ?), Sarkozy le Condottiere et leurs pairs, portent l’entière responsabilité. C’est pourtant sur ces faussaires qu’il nous faut compter pour empêcher une terrible guerre civile d’éclater, dans un avenir peut-être proche. Autant dire que l’affaire n’est pas dans le sac…

     

    « ― Si l’on montre à la bête des morceaux de viande sanglante dans son voisinage, puis qu’on les retire, jusqu’à ce qu’enfin elle rugisse : pensez-vous que ce rugissement signifie Justice ? »

    F. Nietzsche, Humain, trop humain.



    [1] Au moment de mettre cet article en ligne, je lis les mêmes propos sous la plume de Raphaël Dargent chez le Stalker.

    [2] Raphaël Dargent ne dit rien d’autre, chez le Stalker, en évoquant une « Avant-Guerre civile ».

    Lien permanent Imprimer 20 commentaires
  • Et Expecto - 7 - Anthrax, baby

    medium_anthraxbacteria.2.jpg

     

     

    L’endroit du quai où j’ai choisi de patienter est plus clairsemé.

    Une rapide mesure de la densité humaine répartie sur la longueur du quai s’avère édifiante. La bêtise est quantifiable : à vue de nez, je l’estime à 75%. Soixante-quinze pour-cent d’irrémissibles imbéciles verticalement plantés les uns contre les autres, respirant docilement un épais nuage d’odeurs corporelles – mélange infect de crasse et de transpiration, sans même parler des haleines fétides–, soixante-quinze pour-cent de lemmings zombifiés, tous prêts à se jeter sur la voie à l’approche d’une rame – à se faire violemment percuter, déchiqueter, démembrer – si l’un d’eux en prenait l’absurde initiative.

    A seulement trois ou quatre mètres de moi, monopolisant cinq sièges à eux seuls – un chacun, plus un troisième pour leurs sacs en plastique sans doute remplis d’immondices, et deux autres laissés en quarantaine par les honnêtes voyageurs que la puanteur tient éloignés –, deux loques humaines, clochards déjà ivres morts, déblatèrent dans un français compréhensible d’eux seuls, d’où surnagent seulement de temps à autre un mot, une syllabe ou un phonème que par miracle je reconnais ou crois reconnaître, entre deux arpèges de la musique de Gospeed You Black Emperor, qui d’aérienne et mélancolique devient plus nerveuse, plus impérieuse, presque martiale.

    Plus violente.

    Dopé par la déferlante sonique qui vrille mes tympans, je m’écarte des clochards – moi aussi – de peur d’être contaminé par quelque maladie putride, survivance aberrante du temps où Paris n’était qu’un amas de fange nauséabonde, réceptacle de la Mort réincarnée en micro-organismes, ville-dortoir réservée au seul usage des épidémies.

    En matière d’anomalies biologiques, le bubon érectile lové sous mon bras gauche me suffit largement.

    Dès 1348, la peste s’abat sur Paris, et revient souvent sur la scène de son crime jusqu’au dix-septième siècle. Aux quinzième et seizième siècles, la lèpre et la syphilis y font des ravages, bientôt remplacées par le choléra. En 1692-1693, le royaume de Louis XIV est aux abois. La ligue d’Augsbourg, coalition du continent européen contre la France organisée par le roi d’Angleterre Guillaume d’Orange le protestant, exerce sur le pays une pression implacable, alourdissant encore une fiscalité déjà handicapante. Les récriminations de Fénelon restent lettre morte : les prix du pain et du grain s’envolent, c’est la famine, annonciatrice de féroces épidémies. En 1871, Paris est envahi par des hordes invisibles : la typhoïde, la variole, la bronchite et la pneumonie profitent du siège de la capitale par les prussiens de Bismarck pour décimer les habitants. La Commune est alors instaurée : de nouveau attirées par l’odeur suave du sang putrescent, la coqueluche et la rougeole gagnent à leur tour la capitale, bientôt rejointes par la tuberculose qui élit domicile dans les bas-fonds où elle sévit encore aujourd’hui, dans ces mêmes couloirs que j’arpente chaque jour.

    Et le Syndrome Immuno-Déficitaire Acquis, le sida, rôde peut-être dans les parages, rampant sur mon épiderme, cherchant une brèche, une entaille, une faille dans sa mince carapace, cherchant par tous les moyens à neutraliser ma petite ogive déhiscente, ma petite bombe de chair nucléaire.

    Ma chose venue d’un autre livre.

    Les virus sont partout ici. J’ai vu un reportage TV sur la concentration bactériologique dans les lieux publics, en particulier dans le métro parisien. Ça m’a terrifié. Depuis, j’évite systématiquement d’empoigner à main nue les barres de soutien des transports – comme de toucher quoi que ce soit. Soit je m’assieds – mais avec la hantise que le siège soit infesté de résidus dont je préfère de toute façon occulter l’origine –, auquel cas je parviens à calmer mon aversion en me concentrant sur la lecture d’un bouquin ou d’un quotidien, soit j’enfile une paire de gants de fin tissu, indispensable protection du parisien soucieux de préserver une hygiène décente. Un masque à gaz serait également souhaitable mais la peur d’attirer l’attention m’a toujours dissuadé d’en acquérir un. Peut-être un simple mouchoir en gaze passerait-il plus inaperçu ? Aucune importance puisqu’en définitive la vie finit toujours par éclater, se diviser, se disperser, prendre une nouvelle direction que le chaos est seul en mesure de déterminer.

    En cet instant même par exemple, j’inhale un atome d’hydrogène qui le 6 janvier 1970, jour de ma naissance, était peut-être bruyamment expulsé des intestins d’un diplomate américain en visite à Berlin ouest puis rattrapé in extremis par les capteurs nasaux de la jeune femme qui l’accompagnait. Et ce prodige, en vérité, n’aurait aucun sens.

     

     

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire