Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Villa Vortex de Maurice G. Dantec - 1 - Underworld France | Page d'accueil | Spider de David Cronenberg - Destins de l’indicible : pourquoi les non-dupes errent - 1 - Diagnose, par Sébastien Wojewodka »

02/09/2005

Villa Vortex de Maurice G. Dantec - 2 - Le cosmos est vivant

medium_kabbale2_small.3.jpg

 

 

« [L]’érudition pure, du point de vue de la connaissance, n’a aucun intérêt. La vraie mémoire n’est pas du tout celle des mots, ou des incidents sans importance, mais la capacité de mettre en structure, de réduire et d’intégrer les mots et les anciens incidents… »
Raymond Abellio, Entretiens.

 

« Osons donc dire que le cosmos est une forme de vie. Ou plutôt : qu’il est la métaforme de la vie. »
Maurice G. dantec, Laboratoire de catastrophe générale.

 

Kernal, le personnage de Villa Vortex, explore les contrées du Mal sur la piste d’un tueur en série – comme dans Les Racines du Mal – qui remplace certains organes de ses victimes par des composants électroniques, comme pour animer ceux-ci d’un simulacre de vie – le tueur, par cette dérisoire tentative d’accorder la Parole aux morts, n’est autre que le symbole de la désagrégation du langage déjà évoquée ; son absence physique insistante stigmatise au passage, subjective interprétation de ma part, la pauvreté des écrivains coupables de prostitution du Verbe. Kernal va en réalité connaître la révélation, sous l’influence de deux figures tutélaires (Wolfmann et sa bibliothèque de combat, Nitzos et son manuscrit d’outremonde), d’un fragment de Vérité : notre monde serait littéralement écrit, de même que l’écrivain, à son tour, crée littéralement de nouveaux mondes (comme dans L’Univers en folie de Fredric Brown, 1949, dans lequel l’explosion, suite à l’écrasement de la première une fusée lunaire, expédie Keith Winton, rédacteur en chef de la revue de science-fiction « Aventures extraordinaires », dans un monde parallèle à l’image de sa représentation du monde ; comme, également, dans Le Maître du haut château de Philip K. Dick : Genèse plutôt que processus) – ce qui, chez Dantec, lecteur éclairé de Dick, se traduit par l’évocation d’un univers transcendantal tapi sous la réalité consensuelle. Mais de Dick, de Brown ou de Raymond Abellio (dont l’influence sur la genèse de Villa Vortex fut décisive ; notons par ailleurs que la structure même de Villa Vortex doit beaucoup à celles des Yeux d’Ezechiel sont ouverts et de La Fosse de Babel, dont le motif principal n’est autre que la constitution d’un phalange d’hommes supérieurs en guerre contre la lente dissolution – dévolution – du monde), Dantec aurait dû retenir également une certaine épure stylistique, une transparence qui seule permettrait, pour rester dans sa perspective prophétique, de percer les Ténèbres occultant la Lumière du monde incréé. L’intéressante mais faible dernière partie, où Dantec oublie de montrer pour se contenter de dire et où Kernal plonge dans un inframonde futuriste – ce « quatrième monde » serait ainsi l’équivalent pour Dantec du « manuscrit trouvé à Sarajevo » de Nitzos –, aurait grandement gagné à être directement injectée dans l’univers plus dense de l’enfer urbain des six cents premières pages. Ce long épilogue science-fictif intitulé « quatrième monde » est en effet problématique puisqu’il justifie l’ambition du roman en même temps qu’il l’entrave irrémédiablement. Jusqu’alors le point de vue subjectif de Kernal, alter ego de Dantec, permettait toutes les lectures possibles, mais ici le discours revient à la charge, moins subtil que jamais ; il sabote la fiction, la mine de l’extérieur, le Verbe est flétri – c’est à peine travesti qu’il envahit le champ narratif, ne laissant que peu de place à la Littérature, celle-là même que Dantec avait su produire jusque là, celle-là même, vous l’aurez compris, qui constitue l’enjeu majeur du roman ! On peine alors à croire vraiment à ce futur délirant contaminé par les mèmes idéologiques de l’auteur, même si cet univers futuriste qui succède à la conurbation crépusculaire est présenté comme un phantasme métafictionnel, comme un Anti-Monde, aperçu qu’un écrivain visionnaire pourrait avoir de l’avenir. Dans un autre article publié chez le Stalker, La Littérature à contre-vent, j’écrivais que Dantec était « gagné à son tour par l’emprise de la fausse parole », agent malgré lui d’une Novlangue alternative dont l’effet principal est de réduire le monde. Même si j’avais alors, peut-être, cédé à quelque facilité, il faut cependant reconnaître le caractère fondamentalement erroné du quatrième monde, où Dantec fait à mon sens fausse route.

Villa Vortex, rappelons-le, était censé inaugurer un nouveau cycle, premier tome de qui était annoncé comme une trilogie, Liber Mundi – dont Cosmos Incorporated, son dernier opus, ne fait pas partie en dépit d’un évidente parenté. Plus que le titre du volume qui nous intéresse ici, c’est donc ce « Liber Mundi », autrement dit ce « Livre Monde », qui donne le ton du récit. Villa Vortex, s’il peut être rattaché au roman noir, est aussi un roman philosophique, un roman politique, un roman de science-fiction, voire : un roman de hard science qui entrelacerait Kabbale et génétique. Tout commence pourtant comme dans un classique roman noir, façon Ellroy : nous avons droit aux sempiternels meurtres en série, sur un territoire délimité et largement arpenté (la conurbation parisienne), ainsi, comme il se doit, qu’au flic déjanté à souhait – et à l’histoire récente. Mais à mesure que Kernal s’ouvre à une dimension plus occulte, plus métaphysique, de son métier de flic, ses influences humaines et culturelles le plongent dans une transe mystique et prophétique, long délire sous psychotrope au sein duquel le Verbe acquiert une importance essentielle. Au travers d’analyses de la Kabbale par exemple – brillantes et férocement ésotériques, inspirées entre autres de Raymond Abellio – Kernal accède à une conscience aiguë du statut métafictionnel de l’univers. En d’autres termes, l’idée qu’il serait né de la « plume » métaphorique d’un narrateur céleste – langage dont les structures génétiques, les transposons, seraient les lettres – fait son chemin dans son esprit surchauffé. Idée magnifique que celle-ci : s’emparant de notre ignorance quasi-totale sur le rôle réel de ce que les scientifiques ont absurdement appelé « junk-DNA » (ADN-poubelle), Dantec imagine que cette part dite « non-codante » de l’ADN – que nous soupçonnons tout de même de jouer un rôle prépondérant dans ce qu’il nous faut désormais désigner comme un véritable réseau – ouvrirait, pour qui saurait s’y exercer, au Corps Lumineux » de la « grande transposition ». Autrement dit – pour les détails, et parce que je ne maîtrise pas totalement le sujet, je vous renvoie au chapitre « Digital Dogs, 31 décembre 1999 », pages 488 à 505 –, le corps du Christ, que l’on considère celui-ci comme authentique fils de Dieu ou comme symbole, serait en chacun de nous.

N’accusons pas trop vite Dantec, même si nous n’aurions pas tort, d’avoir abusé de drogues diverses [1]. Il n’est pas inutile en effet de signaler que les avancées les plus récentes de la science – astrophysique, biologie, génétique et physique quantique – remettent aujourd’hui en cause nos vieilles certitudes cartésiennes. Ainsi, aucun scientifique sérieux ne saurait réfuter d’emblée une cosmogonie phénoménologique, « transfictionnelle », telle que celle proposée par Dantec. L’homme de science est en effet au bord d’un fascinant précipice, puits vertigineux dont les vortex confinent au mysticisme pur. Le concept selon lequel la réalité que nous connaissons n’est pas forcément la réalité ultime n’est pourtant pas nouveau : la science-fiction en a même fait depuis longtemps l’un de ses thèmes récurrents, avec Philip K. Dick ou, plus récemment, avec Greg Egan ; Dantec ne fait que la replacer dans un cadre plus politique – au sens premier du terme. De même, bien que je sois incapable de suivre l’auteur dans ses développements kabbalistiques, il me semble y avoir décelé l’idée, non moins fascinante et tout à fait sensée, que cette théorie du « Corps Lumineux » prendrait part à l’unité fondamentale de l’Univer que j’ai d'ailleurs moi-même évoquée, quoique plus modestement, dans mon article « La structure absolue et les lois de l’anature ».

Hormis quelques fautes de goût assez anecdotiques – Ah ! ce navrant ménage à trois sous les décombres du Mur, digne des pires clichés du genre (alors que Dantec écrivait de très belles lignes sur l’amour dans son journal)… – et hormis, malgré tout, un certain nombre de redondances langagières dont on peine à identifier la raison d’être (le mot « cinétique », dont les occurrences ne se comptent plus), les six cents pages incandescentes de Villa Vortex tiennent du chef d’œuvre. On pense souvent aux deux tomes d’Underworld USA de James Ellroy, dans cette manière particulière de mêler l’histoire récente de la France – French Tabloïd, de Jean-Hugues Oppel, si j’en crois les commentaires d’une lectrice avisée, en est le pire avatar – et les parcours individuels ; dans cette virtuosité aussi – bien que dans un style très différent, aussi torrentiel que celui d’Ellroy est minimaliste – à dépeindre la lente plongée des personnages au cœur de la tourmente et d’une violence qui les dépasse. Je ne suis donc pas étonné de lire sous la plume du Stalker que Cosmos Incorporated multiplie « les bribes, les coupures de presse » à l’instar en effet d’un John Dos Passos (sa trilogie U.S.A.) et d’un John Brunner (Tous à Zanzibar) – sans oublier l’excellent Reproduction Interdite de Jean-Michel Truong, roman sur le clonage (le meilleur à ce jour) entièrement constitué d’extraits de journaux, de courriers électroniques et autres documents – dans ce dernier texte toutefois, le kaléidoscope est assemblé avec précision vers un but unique, tandis que Brunner et Dos Passos cherchaient au contraire à élargir le spectre du récit, à l’ouvrir vers l’Infini.

Surtout, Dantec a su décrire à sa manière poétique ce paysage urbain désolé, ces routes éclairées au sodium, ces barres de béton, ces tours de verre, cette mégapole inhumaine dont les valeurs sous-jacentes sont concentrées dans l’aberrante Très Grande Bibliothèque. L’opposition entre la Babel de Tolbiac et la bibliothèque de combat de Wolfmann – transmutée en Bibliogôn dans l’Anti-Monde – constitue d’ailleurs un axe majeur du roman. Il s’agit en vérité d’une dialectique philosophique et politique qui oppose la société technique moderne, jouisseuse et « internetisée », réifiée, dont le devenir-Machine ne fait pas de doute, et les résistants, les guerriers, les chercheurs de trace, de vérité, de l’Essence du monde. – Villa Vortex n’est d’ailleurs pas sans parenté avec Un prof bien sous tout rapport d’Eric Bénier-Bürckel, roman extrême dont le Verbe est une lame meurtrière, ce que ne réussit pas complètement Villa Vortex : dans les deux livres, le tueur en série est un individu lettré, cultivé, mais qui ne sait quoi faire de ce stockage d’information ; ils sont rattrapés par le nihilisme post-moderne dont les attentats du World Trade Center sont l’archétype. Ainsi qu'en matière de critique, comme le suggère ici notre amie d'Obombration, l’important n’est pas l’information, mais ce qui la transpose.

 

Illustration © http://www.conesa.com/kabbale/.



[1] Un écrivain m’a raconté qu’un jour, dans les locaux de Gallimard, Dantec l’a salué au moins trois ou quatre fois en quelques minutes. Distrait ? Non, m’a confié cet écrivain, dont je tairai évidemment le nom : dans le cosmos, plutôt… N’oublions pas non plus les beaux passages du TdO, dans lesquels Dantec décrit avec un vrai talent les conséquences de ses « cocktails »…

22:50 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Il existe bien un rapport entre la consommation de certaines drogues et la perception d'un univers parlant, une superstructure en forme d'ADN. Certains chamans indiens ont ainsi raconté qu'ils tenaient leur science des plantes de visions qui se présentaient à eux lors de leurs "voyages", au cours desquels une entité en forme de serpent géant enroulé sur lui-même (tout à fait comme l'ADN dont ils n'avaient pas connaissance, notait l'anthropologue qui rapportait leur témoignage) leur offrait un décryptage de la nature.

Écrit par : Alina | 02/09/2005

En effet, c'était même l'une des nombreuses ramifications de Babylon babies, le troisième roman de Dantec. Troublant.

Écrit par : Transhumain | 02/09/2005

"Ainsi, aucun scientifique sérieux ne saurait réfuter d’emblée une cosmogonie phénoménologique, « transfictionnelle », telle que celle proposée par Dantec"

J’espère que vous plaisantez, Transhumain. Tout ce que Dantec peut bien baragouiner sur la science est un non-sens absolu. Aucun scientifique sérieux ne croit à une quelconque "dévolution", ce concept dont Dantec se sert n’est absolument pas scientifique. J’ignore d’où il l’a tiré, tout ce que je sais est qu’il est utilisé dans le milieu des ufologues (quelqu’un comme Nigel Kerner, par exemple), les cinglés qui croient aux OVNIS. Or, je sais que Dantec est un amateur de cette littérature. Il a l’art d’employer un jargon pseudo-scientifique qui est peut-être capable de tromper ceux qui ne connaissent rien à la science mais en aucun cas un véritable scientifique.

Vous avez raison de noter que Dantec est « gagné à son tour par l’emprise de la fausse parole », il n’est qu’à voir la manière qu’il a de parasiter le langage scientifique pour lui faire perdre toute vérité. Dantec est la pointe avancée du nihilisme, il ne s’en cache pas d’ailleurs. A ce sujet, relisez son texte "Soleil vert pour tout le monde ?". Que pouvons-nous attendre d’un pareil prophète de la décadence ?

Ses deux derniers romans sont une impasse, à mon avis. Trop touffus, incompréhensibles, ésotériques. Tout cela me tombe des mains et je n’ai guère envie de m’y plonger. Mais peut-être ai-je tort, peut-être certains passages méritent-ils le détour. J’hésite. J’aimais mieux le Dantec première manière. Je crois que "Les Racines du mal" est son meilleur livre.

Écrit par : Sébastien | 03/09/2005

Non Sébastien, vous avez tort. Comment pourrions-nous réfuter d'emblée cette vision du monde, alors que nous sommes incapables - et j'ai dans l'idée que nous le seront toujours - d'expliquer pourquoi et comment l'Univers existe et fonctionne ? Comment pouvez-vous affirmer avec une telle désinvolture que son idée d'une "écriture" cosmique, qui ne suppose pas forcément d'écrivain (et donc d'un Dieu conscient), serait irrecevable ? Je n'ai pas encore lu Cosmos Inc, mais donnez-moi seulement une spéculation scientifique de Villa Vortex qui soit stupide ?
Ce n'est pas parce que vous n'avez rien compris à ses livres qu'ils sont incompréhensibles. Certains passages sont certes très ardus, mais il importe surtout que le lecteur ait saisi l'idée directrice. Les développements sur le "junk-DNA" dans Villa Vortex, sur la matière sombre dans le TdO2, reposent sur des bases scientifiques irréfutables. Le reste relève de l'imagination - qui parfois se révèle proche de la vérité -, qualité que les auteurs de SF possèdent souvent plus que d'autres. Dantec en est un, et des meilleurs.

Écrit par : Transhumain | 03/09/2005

"Comment pourrions-nous réfuter d'emblée cette vision du monde"

Vous avez employé l’expression de "cosmogonie phénoménologique". Désolé de vous le dire mais d’un point de vue scientifique ce syntagme n’a aucun sens. Le mot de cosmogonie se rapporte aux mythes qui racontent la naissance du monde et la phénoménologie n’est pas une science, que je sache. Ce sont des spéculations, comme vous l’écrivez, qui n’ont rien à voir avec la science car celle-ci est fondée sur l’observation. Or de telles spéculations sont invérifiables par définition.

Cette vision du monde n’est pas réfutable, certes, c’est pourquoi elle n’est pas scientifique, car un des critères de la science est le critère de falsifiabilité, comme l’a bien dit Popper. Une théorie est scientifique si elle peut être "mise à l'épreuve", si elle est "testable" ou "falsifiable", c’est-à-dire réfutable. Or donnez-moi une seule spéculation de Dantec qui puisse être vérifiable par l’expérience. Ce n’est pas un scientifique, il ne mène pas de recherches, quel intérêt peuvent revêtir ses hypothèses, à part d’un point de vue littéraire ?

Sur la matière sombre, disons que c’est une hypothèse qui demande à être vérifiée. Elle n’a pas été observée jusqu’à ce jour, il me semble. Bref, ce que peut écrire Dantec est peut-être intéressant littérairement parlant mais ne mélangeons pas ses spéculations avec la véritable recherche scientifique.

Écrit par : Sébastien | 03/09/2005

Vous vous mordez la queue Sébastien. Dantec n'est pas scientifique mais écrivain, et ses spéculations sont avant tout littéraires en effet, ce qui ne signifie pas qu'elles sont fausses. Vous lui reprochez en somme de n'être qu'écrivain... Qu'attendez-vous donc de lui ? Aux auteurs, notamment de SF, d'imaginer, de spéculer - cela s'appelle généralement de la science-fiction, voire de la "hard-science" ; aux scientifiques de vérifier, de trouver, de réfuter. Jusqu'à preuve du contraire, Dantec reste parfaitement crédible.
Quant au terme "cosmogonie phénoménologique", qui n'est pas de Dantec, j'en assume la responsabilité. Disons pour simplifier que cet univers "écrit" - pas une langue, mais du code - ne doit pas être pris au pied de la lettre (en l'occurence, génétique) ; la révélation du personnage, son aventure futuriste du quatrième monde, sont avant tout expériences intérieures et, pourquoi pas, "phénoménologiques".

Écrit par : Transhumain | 03/09/2005

Tu y es presque Transhumain! Mais affranchis-toi de l'Université je t'en conjure!

Écrit par : N.O. | 15/09/2005

Les commentaires sont fermés.