Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Philip K. Dick - Simulacres et Illusions

Philip K Dick, Dick, Simulacres et illusions, actusf, comballot, thomas becker, olivier noel

 

Vient de paraître aux éditions ActuSF, sous la direction de Richard Comballot, Philip K. Dick, Simulacres et Illusions, recueil d'articles et d'interviews autour de l'oeuvre du Maître de Fullerton. Rien n'y manque : ni la synthèse biographique, ni les analyses thématiques. L'objet est franchement superbe, les textes tous impeccables. J'ai le plaisir d'y voir figurer, entre un article de Robert Silverberg et une interview de Dick lui-même, mes assez singuliers Fragments sur l'idiot cosmique

Dick était un gnostique, c'est-à-dire qu'il voyait notre monde comme une illusion, un voile obscur jeté sur le vrai monde, dont un aperçu lui aurait été donné au cours d'un événement particulier. Il considérait notre réalité consensuelle comme un livre dont chaque lecteur n'aurait reçu qu'une version absolument unique. C'était une grande source d'angoisse pour lui. Ses romans, comme sa fameuse Exégèse, étaient des tentatives de déchirement du voile – ou de déchiffrement du code – ou d'interprétation du livre – c'est-à-dire de communion avec un Autre. Pourquoi scier les barreaux d'une prison si ce n'est pour y retrouver nos âmes sœurs ? C'est ça le vrai sujet de son œuvre : la quête de l'unité perdue. Derrière le voile, il y a Dieu, qu'on l'appelle Ubik, Palmer Eldritch ou Yahvé – mais un dieu qui quoi qu'il en soit, plutôt que de lui restituer ses morts (et en particulier sa sœur jumelle), lui aussi se dérobe ; alors il y a l'angoisse, encore. Voilà à quoi je me suis intéressé ici : à la terreur métaphysique exprimée sans fard dans ses derniers romans, et dont témoignent toutes ses cosmogonies délirantes, ainsi qu'aux stratégies d'apaisement auxquelles Dick parvient enfin dans La Transmigration de Timothy Archer.

Lien permanent Imprimer Catégories : Livre 2 commentaires

Commentaires

  • Je viens à peine d'arriver et déjà je te bâille à la gueule mon petit transu. On s'ennuie vite chez toi ! Je repasse dans trois ans. Bye.

  • Merci mon petit Quiqui, même constipé tu seras toujours le bienvenu ici.

Les commentaires sont fermés.