Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La route de Cormac McCarthy

72916441.jpg

 

  

« et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie. »

(Jean 1:5)

 

En attendant la fin sans cesse ajournée des articles sur La Mémoire du Vautour de Fabrice Colin et L’Enchâssement de Ian Watson, voici la preuve que je ne me la coule pas douce, avec le site ActuSF, qui regroupe quelques excellentes plumes critiques comme Bruno Gaultier, Éric Holstein ou Jérôme Lavadou. Je reviendrai sur les précédentes chroniques que j’y ai moi-même publiées ; je voudrais aujourd’hui attirer votre attention sur un livre d’exception, dont vous avez forcément entendu parler : La route de Cormac McCarthy. Si les critiques, dans leur immense majorité, ont su communiquer leur enthousiasme et leur vive émotion, ils furent en revanche peu nombreux (citons tout de même Alina Reyes, Juan Asensio…) à tenter d’analyser les véritables enjeux de cette Énéide post-apocalyptique qui doit autant à l’ascétisme littéraire de Samuel Beckett qu’aux grands mythes chrétiens.

 

Mon article, La route de Cormac McCarthy – Évangile pour la fin des temps, est en ligne depuis quelques jours.

1051689758.jpg

 

 

Lien permanent Imprimer 16 commentaires

Commentaires

  • Ce désert m'est familier : Mars, sans doute photographié par Spirit (Opportunity n'ayant observé aucun "dust devil") du haut des Columbia Hills...
    Ouais, c'est bien cela !
    Très bel article sur La Route by the way.
    Amitiés.

  • Ce désert m'est familier : Mars, sans doute photographié par Spirit (Opportunity n'ayant observé aucun "dust devil") du haut des Columbia Hills...
    Ouais, c'est bien cela !
    Très bel article sur La Route by the way.
    Amitiés.

  • Eh oui ! C'est bien Mars ! Bravo, et merci.

  • Oui, enfin, l' "excellente plume critique", citée avant les deux ténors critiques du site, elle la met en sourdine en ce moment, vus ses retards et ses occupations contingentes du moment...

    Je vais aller lire ton papier, même si tu connais déjà ma légère déception sur ce livre...

  • Bon week-end !

  • surprenant cette censure

  • Allez, vite, un poème sur la censure par le Transhumain, gmc!

  • comme il n'a pas ce merveilleux don de baratineur de l'abscons que vous cultivez, cher bruno, laissez-lui le temps de répondre, quoi qu'il n'y ait pas de question mais une certaine surprise à voir censurer un poème qui parle de beckett et de char.
    vous avez déjà eu l'opportunité de vous exprimer élégamment à ce sujet, n'est-ce-pas?

  • Oui, en toute élégance. Du balai, les enquiquineurs.
    C'est moche, la censure. Très moche. Je suis sincèrement désolé d'avoir dû vous recommander d'aller vous faire lire ailleurs, mais vous étiez définitivement trop insupportable chez moi. Visiblement, vous l'êtes aussi chez les autres.
    Quant à savoir si Transhumain serait moins "doué" en baratinage que moi, c'est une bonne question, qu'il tranchera sans doute lui-même.
    Faites attention toutefois: quand il est énervé, ça "pique".

  • Rhôôô, "censure", tout de suite les grands mots. Non, j'entends seulement agir ici en parfait dictateur. Pas envie de voir un poémounet à la suite d'un post consacré à La route. J'ai même failli supprimer le "bon week end" de Tietie007, mais ce n'était qu'une marque de sympathie - dans mon immense magnanimité, je lui ai laissé la vie sauve.
    C'est arbitraire, mais c'est ainsi.
    J'ai dit.

  • "J'ai dit": je ne savais pas que tu étais franc-maçon...

  • ça a le mérite d'être beaucoup plus clair que votre cher camarade.
    néanmoins, c'est amusant.
    un jour, à l'occasion, si le coeur vous en dit, faites donc un post sur la différence entre art/création d'un côté et culture de l'autre, en prenant l'optique suivante vivant/mort.
    bien à vous

  • Et les morts-vivants, qu'en faites-vous ?

  • considérez-les arbitrairement comme morts

  • ou comme vivants

  • Votre article est de grande classe : bravo !
    Cela change des pitreries journalistiques !

Les commentaires sont fermés.