Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frère césar

  • Fragment. Dybbouk

    hamlet, daniel mesguich, william mesguich


    Au matin de la deuxième tempête j'affrontai Frère César en combat singulier. Mais l'un des fleurets d'onguent était enduit, si mortel que pour peu qu'on y trempe un couteau, là où il fait saigner il n'est de cataplasme. Mon adversaire aurait dû savoir que sur mon ignorance glissent les lames et que jamais ne coulent les larmes. À l'instant même où nous nous séparâmes, des rafales furieuses effacèrent tout relief du chantier de l'Arche. Rez-de-chaussée / Tout recommencer.

     

    Au midi de la deuxième tempête, la Sophia (qui selon Jung partage avec le Logos johannique « certaines qualités essentielles ») me lut des extraits du Sefer Yetsira et de La sorcière de la rue Mouffetard avant de me rire au nez. Rendez-vous est pris avec un prêtre.

     

    Au soir de la deuxième tempête, aspiré par les abymes de Daniel et des deux William, trompé par les faux miroirs d'Hamlet, de son double et des deux Ophélia, saisi d'effroi à la sortie de scène de Polonius défunt, transi de froid à la vue du cimetière jonché de crânes, et tétanisé par l'anticipation des ultimes trahisons, j'ai cru mon heure dernière arrivée. À mes oreilles déjà résonnaient les voix et les cuivres psychopompes du Pfhat de Giacinto Scelsi. Mais dans la grande salle, avant d'expirer, le prince s'adressa directement à moi, en cette lacanienne traduction : « Le ciel t'en absolve ! Je te suis. Je suis tué. »

     

    Ah ! Dans les bas-fonds

     Le poisson des profondeurs

     Nous montre son œil


     

    Lien permanent Imprimer Catégories : Blog 0 commentaire
  • Fragments. Alliance.

    sébastien coulombel, haut-relief, new york

    © Sébastien Coulombel, 2008

     

    Pour Frère César, la mort du livre sous sa forme physique est inéluctable. Morte, également l'idée même de possession des biens culturels. César n'y voit qu'une évolution naturelle. J'y vois, moi, une dépossession, ou, pour parler plus distinctement, une tragique désincarnation. Prends garde, Frère, à ne pas trahir l'alliance.

     

    « Autant vous prévenir, Baleineau. Extraire, arracher, c'est mon truc. J'adore ça. La suture, en revanche, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. » C'était au soir de la première tempête.

    Sa blouse mouchetée ses gants maculés mon tablier jacksonpollockisé l'odeur du sang la couleur du sang partout du sang jusque dans les yeux fous du docteur C. Du Lys jusque sur sa face grimaçante de haut-relief new-yorkais sur l'écran surimpressionniste où Dexter Morgan s'apprêtait à me donner le coup de grâce sur fond de Gwagwa O De de Bahia Black sur fond de Kill All Hippies de Primal Scream sur fond de The Black Block de Modeselektor [et al.].

    « Vous verrez, un peu de morphine, et vous oublierez jusqu'à la notion même de douleur. »

     

    Je ne veux plus devenir cosmonaute, Papa.

    Pourquoi ?

    Je n'ai pas envie de vieillir dans une fusée.

     

     

    On pense à la Transfiguration dans Matthieu (le visage de Jésus « resplendit comme le soleil », Mt, 17:2), à la Claire lumière primordiale du Bardo Thodol – celle qui fait voir au mourant la vraie Réalité, si sa vision n'est pas obscurcie par des tendances karmiques, s'il « ne cède pas à son penchant de suivre des lumières douteuses » (Jung), et lui permet de passer dans le Nirvana –, ou aux lumières de Sagesse des éléments, en particulier la lumière du cinquième jour, celle du cinquième élément, l'éther, cette voie de lumière verte de la Sagesse des actions parfaites (qui n'est autre, dans le langage occidental, que l'inconscient).


    Lien permanent Imprimer Catégories : Blog 3 commentaires