« Transhuman’s Hive ou le crépuscule des idiots | Page d'accueil | D'un navet et de ses gélatineux adorateurs »

16/10/2005

Et Expecto - 6 - Wille zur Macht

 

medium_100_0978.2.jpg

 

L’étrange appendice apparu sous mon aisselle, explosif tentacule de chair dont ma main fébrile ne cesse à présent de vérifier l’existence, fait remonter des souvenirs qui ne me sont pas agréables à la surface de ma conscience – ou aurais-je tout inventé ? Ma mémoire m’appartient-elle ? Me l’aurait-on inoculée ?...
Sur le quai de métro le temps est suspendu. Les ternes passagers, les yeux dans le vague, sont immobiles.
Entre les rails, une souris fouine, indifférente à mes émois.

 

 

Quand pour la première fois une main, en l’occurrence douce, tremblante et maladroite, celle de mon premier amour Géraldine, s’introduisit subrepticement dans mon caleçon dans le secret d’une chambre de bonne et provoqua une éjaculation aussi intense que prématurée, j’étais déjà un nietzschéen convaincu. Je ne connaîtrais plus de répit. Je m’élèverais au-dessus de mes semblables. Je dépasserais ma condition de pitoyable mâle postmoderne.
En dépit de nombreuses tentatives, Géraldine resta vierge tout le temps que dura notre liaison, soit plus de six mois, et je ne connus ma première authentique pénétration qu’avec l’opulente Nadja, deux heures après que j’eus terminé la lecture des deux tomes de La Volonté de puissance. L’acte dura vingt-sept secondes mais résonna en moi comme l’illustration tonitruante de Zarathoustra par Richard strauss.
Dans mon esprit, ces deux événements décisifs, la découverte de Nietzsche et mon dépucelage expéditif, s’étaient naturellement imbriqués et allaient forger mon identité, telles les cellules proliférantes d’une tumeur cancéreuse, de manière totalement anarchique – et durable.
Mon obsession pour les textes du philosophe allemand remonte, je le sais pertinemment, à cette adolescence vécue comme un mauvais rêve et placée sous l’égide malveillante de la soumission, et j’interprète mon obsession comme l’expression d’une volonté de puissance déformée par l’amertume, comme le désir, d’abord inconscient puis évident, de devenir moi-même la métaphore vivante du surhomme au regard de mes déboires personnels, ou a contrario comme la théorisation terminale de ma propre mortification narcissique.
Périssent les faibles ! s’écrie L’Antéchrist : je me suis considéré dès ma douzième année comme membre invisible du groupe des faibles – précisément lorsque ont débuté les séances d’éducation physique et sportive où je me ridiculisais plus qu’à mon tour, mes jambes chétives flottant dans mon survêtement démodé. Je m’étais rendu compte, avec une lucidité rétrospectivement effrayante, machinique, que je n’étais pas né pour gagner, ni en sport ni en amour, mais au mieux pour me fondre dans la masse, pour m’enfiler entre les replis du ventre mou, adipeux, spongieux des incolores classes moyennes.
Dès lors que j’eus compris cela, je n’eus de cesse de quitter la queue du peloton pour en gagner le corps principal, où je serais toujours invisible mais intègre.
Je ne réussis qu’à devenir aussi insignifiant que mes congénères.
Cette nouvelle étape franchie, je voulus aller plus loin, rejoindre la tête, l’élite, la crème. Looser, je me rêvais leader. Par snobisme, par conviction ou en réaction à la stupidité pandémique de mon espèce, je me suis mis à écouter du rock indépendant, du jazz, du classique, du grind-core, du black métal, de la musique contemporaine, du free-jazz, du post-rock, de la jungle, de la drum’n bass, du rock industriel – je brûlai même mes vieux 33 tours de variété. Être assimilé, de près ou de loin, aux pratiques bovines des milliards de Français que je croisais quotidiennement, me rendait malade. Pour ne plus avoir la nausée, je me suis mis à lire Joyce, Kafka, Duras, Faulkner, Bernanos, Burroughs, Dick, Ballard, Dostoïevski, Nabokov, Bloy et Lautréamont en lieu et place des derniers romans à la mode auxquels je ne trouvais plus qu’un goût chimique de produit de synthèse. La nausée persistait. Je me suis alors mis à voir en salles Bergman, Bresson, Tarkovski, Lang, Bava, Hitchcock, Antonioni, Kurosawa, Fellini, Dreyer et Mizoguchi, dédaignant les films d’arts martiaux et les comédies romantiques plébiscités par un peuple dont la disparition m’aurait plutôt satisfait.
J’étais chatouillé, souffreteux et lettré, par les faux monnayeurs des arts.
Attitude.

 

 

Je réalisai hélas assez vite que je ne faisais en vérité que rejoindre un autre cheptel, à peine plus restreint et tout aussi dérisoire que le précédent – je ne ferais jamais partie de l’élite.
Et si aujourd’hui mes plaies ont cicatrisé, les coutures n’en sont pas moins aussi apparentes que celles de mes Kickers. La suture du temps ne connaît pas la précision de la chirurgie moderne : elle déchire, elle transperce, elle charcute, elle débite, elle tronçonne, elle dépèce, elle équarrit – elle concasse.

 

 

L’affiche que je contemple à présent, vulgaire, superficielle, ricane de ma médiocrité, de toutes ces années vitales perdues en vaines tentatives de regagner les rangs de la normalité puis à essayer d’en sortir. Ces rangs, je ne les avais jamais quittés ; je fermais la marche, j’en étais toujours la queue inféconde. Pas celle d’une comète, scintillante et magique : celle d’un spermatozoïde malhabile, frétillant, doté d’instinct de survie mais définitivement inapte à atteindre son but essentiel.

 

 

L’aventure avec Nadja, ma belle orientale au sexe si accueillant, dura près d’un an. Elle m’apprit l’amour, le désir, le plaisir, avant de me quitter pour un homme plus âgé – sans doute meilleur amant, me disais-je alors avec amertume.
Indignité.

 

 

Sur le quai du métro, les yeux du succube publicitaire agissent comme un révélateur.
Ma peau s’électrise, survolée par un orage magnétique auquel ma déhiscence importune n’est sans doute pas étrangère.
Fiction d’un monde qui correspondrait à nos désirs.
L’enveloppe de mon être profond enfin nettoyé de ses scories mnésiques, mes tatouages mentaux apparaissent dans toute leur nudité comme sous l’action d’une encre sympathique – incandescente – : l’affiche… les Kickers… Nadja… les hommes… les putes… les animaux… Nietzsche… les plantes… les bactéries… les pierres… la terre… l’eau… l’air… le feu… le sang… l’or… le plomb… la merde…, sont constitués des mêmes particules élémentaires, proviennent des mêmes astres cosmiques, du même Big Bang originel et sont en dernière analyse interchangeables. L’éternité n’existe qu’au royaume du quantique – sans personne pour en profiter.
A présent je vais beaucoup mieux.

A présent, je suis prêt à en découdre, non sans cynisme et innocence, avec l’indiscipline de l’esprit moderne. Armé de ma colère du désabusé, je remonte à contre-courant le fleuve dégénéré du cercle de l’âme.

Les belles ne manquent pas à Paris. Il me suffit de savoir que je ne suis pas le plus mal loti parmi les dizaines de mâles végétant sur le quai.
Aurore, avec sa beauté sculpturale, en était la preuve indéniable.

 

Aurore.

 

Aurore.

19:30 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Aurore, est-ce le prénom de votre petite amie ? Un prénom à la résonance très nietzschéenne.

En tout cas, bel autoportrait que j'aurais pu signer. Sauf que je n'étais pas si mauvais que cela en sport. J'aimais bien la course d'endurance.

Écrit par : Sébastien | 17/10/2005

Merci cher Sébastien, mais comme je l'ai déjà écrit, Hugo Klossowski, le narrateur, est un personnage fictif, ainsi qu'Aurore, prénom qui s'impose à moi pour mille raisons, dont la moindre n'est pas l'opus nietzschéen. Autoportrait certes, mais profondément déformé, suffisamment pour ne voir en Hugo qu'un étranger avec qui je partage certaines préoccupations - et pour ne pas sombrer à mon tour dans l'hystérie exhibitionniste du blogomphalos...

Écrit par : Transhumain@hotmail.fr | 18/10/2005

Je partage tout à fait vos réserves quant à l'exhibitionnisme ambiant dans la blogolalie... Cependant sans la découverte des blogs, je n'aurais jamais imaginé qu'il existât des gens comme Hugo K. capable de s'intéresser à la fois à l'oncle Bill et au Mendiant Ingrat... Je me sens moins seul. Merci.

Écrit par : Lucien S. | 19/10/2005

Venant içi en non-invité, je signe quand même le livre d'or, j'ai aimé ce texte.

Écrit par : Traube | 19/10/2005

Merci de vos visites et de vos commentaires, Lucien et Traube (je n'oublie pas, Traube, la violence des propos échangés chez Assouline, mais vous êtes le bienvenu dans mon espace-temps paradoxal).
Revenez demain soir : je ferai un sort au dernier navet de Spielberg comme à ses trop nombreux aèdes de la blogosphère et d'ailleurs qui oublient - entre autres âneries - qu'une interprétation théorique ne dispense pas des plus élémentaires précautions critiques...

Écrit par : Transhumain | 19/10/2005

Toujours prés à la bagarre le Traube suis, mais je reviendrai y glâner ce qui me semble bonne récolte.
Franchement j'aime bien mes ennemis, mes partenaires de duels verbaux, au moins ils ont quelque chose à dire, j'ai horreur du small talk.

Écrit par : Traube | 20/10/2005

PS: exhibisioniste n'est pas un défaut, sauf évidemment dans le métro ou au bois de Boulogne. Nous sommes tous des exhibitionistes, ceux qui ne le sont pas ne se manifestent pas, on ne sait même pas qu'ils sont discrets.

Écrit par : Traube | 20/10/2005

Belle conclusion en forme d'ouverture. Le texte attend l'être...
Seul compte, toujours, l'art. Dirons-nous des autoportraits de Van Gogh qu'ils sont exhibitionnistes ? C'est pourtant bien lui-même qu'il peint, au plus profond, et non quelqu'un qui lui ressemble. Peindre vraiment ce n'est jamais que se peindre.

Écrit par : Alina | 20/10/2005

Les commentaires sont fermés.