Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les quatre vérités du Transhumain

 

c8c395f1bb552de9fbbda0d5262abb0d.jpg

 

Juan Asensio me demande, ainsi qu’à trois autres malheureuses victimes, de répondre à l’un de ces questionnaires en chaîne qui pullulent sur la Toile. Je m’y plie d’autant plus volontiers que j’ai toujours eu un faible pour les top5, top10 et autres listes stupides.

 

Les 4 livres de mon enfance [ou plutôt de mon adolescence] :

Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien.

L’Affaire Charles Dexter Ward de H.P. Lovecraft.

Guerre aux invisibles d’Eric Frank Russell.

Étoiles, garde à vous ! (Starship Troopers) de Robert Heinlein.

 

Les quatre écrivains que je lirai et relirai encore :

Samuel Beckett.

H.P. Lovecraft.

Jorge Luis Borges.

Philip K. Dick.

Mais bien sûr il faudrait en ajouter, comme Franz Kafka, Raymond Abellio, James Joyce, J.R.R. Tolkien ou William S. Burroughs, et tant d’autres…

 

Les quatre auteurs que je ne lirai probablement plus jamais :

Il ne faut jamais jurer de rien. Mais, disons :

Henri Loevenbruck.

Bernard Werber.

Bernard-Henri Lévy.

Jean-Claude Guillebaud.

 

Les quatre premiers livres de ma liste à lire :

En fait, je tiens seulement une liste – et un classement – de livres lus. Mais a priori, cela devrait ressembler à ceci :

Mother London de Michael Moorcock.

L’oreille interne de Robert Silverberg (relecture).

Résidence de Jean-Pierre Théolier.

Coalescence de Stephen Baxter.

 

Les quatre livres que j’emporterais sur une île déserte :

Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien.

Moby Dick d’Herman Melville.

L’intégrale des nouvelles de Philip K. Dick.

La Horde du contrevent d’Alain Damasio.

 

Les derniers mots d’un de mes livres préférés :

« […] il faut continuer, je vais donc continuer, il faut dire des mots, tant qu’il y en a, il faut les dire, jusqu’à ce qu’ils me trouvent, jusqu’à ce qu’ils me disent, étrange peine, étrange faute, il faut continuer, c’est peut-être déjà fait, ils m’ont peut-être déjà dit, ils m’ont peut-être porté jusqu’au seuil de mon histoire, devant la porte qui s’ouvre sur mon histoire, ça m’étonnerait, si elle s’ouvre, ça va être moi, ça va être le silence, là où je suis, je ne sais pas, je ne le saurai jamais, dans le silence on ne sait pas, il faut continuer, je ne peux pas continuer, je vais continuer. »

L’Innommable de Samuel Beckett

 

Les quatre lecteurs dont j’aimerais connaître les quatre :

Bruno, Fabrice, François et Lambert.

Lien permanent Imprimer 9 commentaires

Commentaires

  • Oh, Transhu, tu me lourdes, avec ton questionnaire de boy scout. Tu sais bien que, en parfait beauf de droite, je n'irai jamais sur une île déserte, j'essaierai de me faire déposer trois semaines dans un village club med.

    Bon alors, répondre au monsieur, maintenant:

    les 4 de l'enfance/adolescence:
    - Toutes les novellisations/suites de Star Wars (en pocket et fleuve noir)
    - Le Seigneur des Anneaux
    - Le comte de Monte-Cristo (tu peux ajouter toute la série des 3 mousquetaires, mais bon)
    - Le Grand Meaulnes

    Les 4 que je relirai: bon là je triche, je mets des philosophes, parce que je n'en suis pas encore à l'âge des relectures en littérature narrative ou poétique. Par contre en philo, c'est déjà commencé, puisque l'essence de la philo aujourd'hui, c'est de démultiplier les lectures, de les approfondir sans cesse.
    - Kant
    - Lévinas
    - Husserl
    - Rosenzweig

    Les 4 bannis:
    - Tout le Cercle de Vienne
    - Catherine Millet
    - Christine Angot (sauf pour écrire des textes stupides et rigolos sur elle)
    - euh... Guy Debord? Raoul Vaneigem?

    Les 4 premiers de ma liste à lire:
    - La mémoire du vautour de Fabrice Colin
    - Outremonde de DeLillo
    - La famille royale de Vollmann
    - L'arc-en-ciel de la gravité de Pynchon, of course (et tu peux rajouter tous les autres bouquins de ces trois mammouths-là)

    Les 4 sur l'île déserte:
    - L'Etoile de la Rédemption de Rosenzweig
    -Totalité et infini de Lévinas (oui je triche encore)
    - l'anthologie pléïade de la poésie allemande en bilingue
    - La dernière Tentation du Christ de Kazantzakis

    pour la citation, j'ai pas mon Etoile de la Rédemption à Blois, je te retrouverai ça une fois rentré à Paris.

  • Hum, c'est donc à toi, Olivier, que je dois la systarique injonction de répondre à ce questionnaire... mais pourquoi faut-il succomber à la mode?

  • Pour pas avoir l'air de la nana coincée qui reste seule dans le fond de la salle quand tout le monde s'amuse bien sous les projecteurs... et aussi parce que c'est rigolo, comme exercice. Pas forcément révélateur de grand chose, mais ça peut donner lieu à de beaux textes (vise un peu celui de Pierre Cormary, un bijou, dans le genre, avec des photos des Jules Verne, des Pléïades, itou).

  • Je suis flatté.

    Cher Olivier, certains vœux peuvent facilement être exhaussés.

    Lambert

  • Ah, Lambert, merci ! Je te/vous lis régulièrement, en silence (je ne sais plus si on se tutoie). J'aime beaucoup tes/vos choix !

    Fanfan, pardon, je n'avais pas vu ton passage. Ouais, c'est un peu à cause de moi, indirectement. Mais bon, pour retrouver le tout premier, le porteur, comme on dit en épidémiologie, faut s'lever tôt. Remarque, c'est à la mode.
    Bises.
    PS : au fait, Brunehilde, c'est moi.

  • On se tutoie je crois.

    Pourquoi diable ai-je écrit exhausser pour EXAUCER ?

    Tonton Freud me dirait qu'il s'agit d'une portée aux nues inconsciente du Transhumain.

  • Hé hé, les lapsus freudiens me ravissent toujours.
    Mais... mais... MAIS !... Lambert, tu viens de poster le millième commentaire de Fin de partie ! Abellien convaincu, je sais que ce n'est pas un hasard : je n'oublie pas que c'est à toi que je dois ma bannière. D'ailleurs faudrait peut-être que j'en change, un de ces jours.

  • La nouvelle bannière de Cinématique est superbe, par exemple. Fichtre le 1000ème commentaire ! J'ai gagné une photo dédicacée du maître des lieux ?

  • CInematique ? Ah, tiens, il a changé de blog. Tu parles d'une bannière ! C'est La Nuit du chasseur !

Les commentaires sont fermés.