Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lamentables (et ridicules) pères Ubu

 

medium_jchirac.2.jpg

 

                     
         « Qui a encore oublié ses clefs ?          
         Qui ne sait plus où sont ses papiers ?         
         Sentez-moi ça comme ça sent mauvais !         
         Qui parmi vous ne se lave jamais ?         
                   
         Le simplet,         
         L'idiot du village,         
         Le benêt… »         
         (Philippe Katerine)

Lamentable (et ridicule) Jacques Chirac, président simplet de la République Française, qui « promulgue » une loi dont il entend qu’elle ne soit pas respectée. La France et ses plus hauts représentants seront demain la risée du monde libre.

 

Lamentable (et ridicule) Dominique de Villepin, premier ministre français qui a soufflé cette idée lumineuse à son président. Il prouve qu’il est possible d’admirer Bernanos et d’agir comme le dernier des idiots.

 

Lamentable (et ridicule) Nicolas Sarkozy, qui souligne la « sagesse » d’une telle ânerie.

 

Lamentables (et ridicules) Bruno Julliard – président de l’UNEF déjà ivre de pouvoir –,  Bernard Thibault et Laurent Fabius, qui tous, en direct sur TF1, ont refusé d’entendre les concessions, certes lamentables (et ridicules), mais non moins réelles, faites par Jacques Chirac. Lamentable (et ridicule) en particulier Bruno Julliard, qui aurait de toute évidence préféré que le Président promulgue la loi initiale sans réserve, pour mieux justifier sa position. Non moins lamentable (et ridicule) Bernard Thibault, qui se demande de surcroît si la possibilité de licencier un employé, même si la chose est justifiée, est acceptable… Que ce benêt et ses amis de l’imbécilerie nationale, apprennent que les fonctionnaires eux-mêmes n’obtiennent leur titularisation qu’au terme d’une année complète de stage (soit l'équivalent public de la « période de consolidation » proposée). Qu'ils cessent donc de prétendre que Chirac « ne les a pas entendu », et d'appeler à la « mobilisation » ! Que les étudiants puissent enfin étudier !

 

Lamentable (et ridicule) une intervenante sur France Inter, dont j’ignore l’identité, pour qui la nouvelle loi « videra le CPE de sa substance », ce qui revient à dire que la substance du CPE était la possibilité pour les entreprises de licencier l’employé sans motif durant deux ans. Envie de foutre cette conne à la porte, sans préavis.

 

C'est simple : si l'on excepte François Bayrou et quelques autres voix certes opportunistes mais plus lucides que d'autres, j'ai entendu en une demi-heure d'allocution et de réactions, un incroyable chapelet de sottises, témoignant moins d'une authentique volonté politique de prendre des décisions justes et responsables, que de manoeuvres individualistes, dont le but principal est assurément de se ménager une bonne situation.

 

La France serait-elle donc débile ?

 

Lien permanent Imprimer 55 commentaires

Commentaires

  • La France est débile ? Plein d'autres pays sont prêts à t'accueillir, ne t'en prive pas !!

    La loi a été votée par un parlement élu au suffrage universel. Qu'y a-t-il à reprocher à ça ??

    Tu critiques tout et n'importe quoi... sauf François Bayrou. Tes opinions politiques t'honorent mais voir en cet homme l'unique sauveur du pays n'est-il pas un peu réducteur ?

  • Je vous arrête, Christophe : j'espère ne pas être centriste... Bayrou est certes fort intelligent, mais il est aussi diablement opportuniste. Non, j'ai simplement écrit que parmi les premières réactions à l'intervention télévisée de Chirac, celui-ci a été le premier à en désigner l'incohérence, qui est patente. Chirac promulgue une loi, et demande au gouvernement et aux entreprises de n'en pas tenir compte jusqu'à ce qu'une nouvelle loi, assouplie, soit votée. N'est-ce pas la plus sotte des décisions ? J'ai failli m'étouffer en entendant ça. Par ailleurs n'oubliez pas que dans ce billet d'humeur, qui ne prétend être rien de plus, je m'en prends avec la même férocité aux gauchistes campés sur leurs positions comme des pitbulls, qu'à nos ubuesques dirigeants. Ils auraient pu simplement faire remarquer combien l'allocution était pitoyable, et accepter la nouvelle proposition de loi, plutôt favorable à leurs souhaits.
    Et, inutile de me tutoyer.

  • Merci Transhumain de cette note à chaud. Je porte sur les pitoyables postures de Chirac et de Julliard (quant à Thibault...), le même regard exaspéré.

  • Bayrou a peut-être été le premier sur TF1 a relever l'incohérence du discours de Chirac, mais essayez de vous rappeler que cette chaîne n'est pas la seule à être diffusée en France : sur France 2, le secrétaire général de FO a été le premier à soulever cette absurdité d'un président qui promulgue une loi pour demander dans la seconde qui suit à son gouvernement de tout faire pour qu'elle ne soit pas appliquée en l'état.

    D'autre part, contrairement à ce que vous avancez, Chirac n'a effectivement pas écouté toutes ces personnes qui sont descendues dans la rue, puisque en cherchant un compromis sans queue ni tête il n'a pas fait ce qu'elles demandaient : retirer le CPE.

    Enfin, ce n'est pas parce que les cours sont suspendus que les étudiants ne peuvent pas étudier. Faut-il vous rappeler que la majeure partie du travail se fait en dehors de l'université, à la bibliothèque où à la maison? Même si les dates d'examens ne sont pas reportées, je pense que les étudiants qui travaillent parallèlement au mouvement actuel (qu'ils en fassent partie ou non) réussiront à obtenir leur diplôme.

    Et pour Christophe, si on part du principe que cette loi n'est pas condamnable uniquement parce qu'elle a été votée par le parlemement, Chirac n'a qu'à faire tout ce qu'il veut de notre pays puisqu'il a été élu par 82% des Français.

  • Partagé, oui, entre une immense envie de rire en ayant écouté cette vieille baltringue qui a sabordé le peu qui tenait encore de bout du gaullisme et ma haine (je pèse le mot) de tout ce qui peut ressembler à un attroupement de gauchos.
    Mais enfin, vous les avez fréquentés, ou pas ? Ignorance crasseuse, morgue idéologique, haine de la France, crasse physique réelle : à l'époque où j'étidiais à Lyon 3, les batailles (pas seulement idéologiques) avaient lieu de façon presque hebdomadaire. Reconnaissons-leur une extraordinaire capacité à mobiliser les énergies et un sens du sacrifice bien réel, qui n'existe pas et n'existera jamais à droite, dont les petits moutons sont bien trop occupés à gravir les échelons de leur parti...
    Je répète ici ce que j'ai dit à Olivier par mail : nous n'avons certes pas touché le fond et, si nous devions le toucher (je parle de choses vraiment graves, comme une guerre civile plus ou moins larvée qui a déjà débuté...), je me demande si un homme providentiel (avec un grand h, puisque je songe à Jeanne par exemple) se lèverait. Ceux-ci se sont toujours levés lorsque la France était en dange de mort mais, maintenant, rien n'est moins certain...
    De sorte que, si l'on me poussait, j'appuierai la fureur nihiliste (regardez leurs slogans) des petits incultes anars et renverserait cette société médiatico-spectrale par la violence...
    Olivier, je songe à l'Empereur-Dieu de Dune : un djihad puis, ensuite, une paix forcée pour que l'humanité se régénère.
    La France finira par se soulever, c'est certain et, tout autant, un régime fort, policier, devra tenter de contenir le chaos.
    Remarques dans le désordre, je suis fiévreux.
    Mes amis, quel est l'imbécile qui a proclamé la fin de l'histoire ?

  • Comment passer sous silence la profonde mauvaise foi de votre billet Mr le Transhu. Oser comparer une année de stage afin d'accéder à la doucereuse quoique lénifiante vie de fonctionnaire - stage durant lequel vous est surtout prodiguée la formation à votre future fonction - à cette période d'essai au cours de laquelle vous sera demandée, outre votre corvéabilité sans faille le renoncement à vos droits les plus élémentaires en concomitance avec l'insécurité qui en découle, c'est y aller très fort, non, non, vraiment, félicitations...

    Quant à ce que vous dites sur cette intervenante de France inter, c'est pas mal non plus - à croire que la radio ne vous réussit pas mieux que la télévision - il est bien évident que cette nouvelle "mouture" vide en effet le C.P.E de sa substance et à l'heure où les politiques de droite se plaignent de la trop grande multiplicité de contrats de travail différents, voilà que nous est annoncée la naissance d'un autre - mort-né bien évidemment - qui ne résoudra en rien les problèmes que sa nombreuse ascendance, T.U.C, C.E.S, Emploi jeune, n'a su abolir, (Quid de la vraie création d'emplois salariés dans cette histoire?...) Pour confirmation, j'attends avec impatience les déclarations du patron de la C.G.P.M.E, le plus fidèle affidé de Galouzeau de Villepin dans cette affaire et qui a du pas mal déchanter devant sa télévision hier soir quand il entendu réviser à la baisse les droits aberrants et moyenâgeux qu'on s'apprêtait à donner à ses adhérents de patrons.

  • Très chère Marie Guyot,

    Peut-être avez-vous tous les diplômes qu’il vous est nécessaire d’avoir. En revanche en ce qui me concerne, je ne possède pour l’heure qu’un simple petit baccalauréat et me refuse d’entrer sur le marché du travail sans quelques diplômes en poche, histoire de ne pas foncer tête première contre un mur. Car je suis, voyez-vous, l’un de ces jeunes de moins de 26 ans pour lesquels tant de monde se presse dans les rues.
    Il n’y a pas seulement le discours de Chirac qui se trouve incohérent ! « Ce n'est pas parce que les cours sont suspendus que les étudiants ne peuvent pas étudier. » Ah oui ? La suspension des cours n’est pas effective ? Encore une fois je ne comprends toujours pas le raisonnement de tous ces esprits collaborant à cette exception culturelle française qu’est le blocage d’universités. Finalement il n’est pas surprenant de découvrir une argumentation incohérente et illogique dans la justification du refus français de renouer avec la croissance et le plein-emploi. Si le blocage des facs n’a aucun effet, pourquoi l’effectuer ? Oui, pourquoi bloquer les facs si ça ne sert à rien ? L’appareil éducatif français s’est tant dissous que son existence n’est plus que contingente. Autant le supprimer définitivement, non ? L’électroencéphalogramme est plat alors il est peut-être temps de débrancher le malade. N’est-ce pas plus humain en effet ?
    « Faut-il vous rappeler que la majeure partie du travail se fait en dehors de l'université, à la bibliothèque où à la maison? » Je suis partisan de l’idée que les livres ne peuvent aucunement se suffire pour remplacer le « prof » dans la compréhension d’une démonstration mathématique, ou le calcul matriciel, l’appréhension du fonctionnement de l’économie-monde ou bien l’acquisition qui me semble aujourd’hui plus que nécessaire de ne serait-ce que quelques bases en langues étrangères. Les livres sont un supplément, mais ne peuvent donner ce que le système éducatif doit apporter aux kids. Et les livres, eux, ne peuvent vous évaluer ! Quant à cette fameuse « majeure partie du travail [qui] se fait en dehors de l'université », je me demande bien de quelles filières parlez-vous ! Peut-être le filière littéraire ? Pas la mienne en tout cas !
    J’essaye d’ingurgiter entre autres actuellement un très joli pavé expliquant avec cette poésie si sublime qu’est le langage technicien, le fonctionnement monétaire de l’économie, c’est-à-dire l’un de ces nombreux sujets sur lesquels je dois être parfaitement okay d’ici un mois. Il importe peu aux jurys de mes concours de savoir si oui ou non mon Université m’a inculqué l’enseignement qu’elle est censée m’avoir donné avant l’occurrence des dits concours ! A défaut de prof, je tente de poursuivre en autodidacte, tout en ayant la si jouissante impression d’être un analphabète tentant de comprendre la Critique de la raison pure. Et la comparaison me semble hautement à propos !
    « Même si les dates d'examens ne sont pas reportées, je pense que les étudiants qui travaillent parallèlement au mouvement actuel (qu'ils en fassent partie ou non) réussiront à obtenir leur diplôme. » Je me demande quelle valeur possède un diplôme aujourd’hui. En France, par exemple. En revanche, si je suis sûr d’avoir l’une de ces pathétiques licences universitaires, ma réussite aux concours auxquels je me prédestine s’annonce de l’ordre de l’improbable. Tant mieux ! Tant que je n'ai pas d'emploi précaire !
    L’action des bloqueurs, une minorité des étudiants je le rappelle, est tout simplement un majeur tendu à ma personne.
    Et les événements actuels, je ne le répéterai jamais assez, participent à une crise bien plus large que vous ne le croyez.

    Bien à vous,

    skam

  • Quant à la question par laquelle vous achevez votre billet, cher Transhumain, il me semble que la réponse est un « oui » bien clair et net !

  • Je me permet de répondre à votre dernière question.

    Je ne pense pas que le diagnostif final de votre billet doive etre "la débilité. Certes, les syndicalistes, tout heureux de rappeller qu'ils existent, poussent leur chance à fond, sans aucun respect des étudiants, et maintenant des usagers des trains.

    Certes les journalistes (qui les écoute encore?) sont à coté de la plaque.

    Mais les politiques , c'est autre chose. Chirac a certes, pour le coup, vidé la politique de sa substance, durant ses mandats. Mais il lui reste l'intelligence tactique de la lutte politique, au sens machiavélien du terme. Il n'a pas amendé le CPE, il a mis à l'amende Sarkozy. Ce que ne comprennent pas les syndicats, c'est qu'ils ne sont plus que des vulgaires joujous, manipulables à volonte par le triumvirat à la tete du pays, et qui joue depuis quelques temps un jeu dangereux, celui du pouvoir pour le pouvoir.

    La France n'est pas débile, elle est devenue apolitique. Ils luttent, pour servir d'autres luttes, avec comme horizon le statu quo. Comme dirait quelqu'un , ils sont morts (mais qui est vivant?)

  • Bonjour,
    En effet la periode d'essai n a rien a voir avec l'année de stage de l IUFM... sinon bien de mes confrères ne seraient pas titularisés (et ce serait une fort bonne chose pour nombre d'élèves qui perdent un an a cause de cette titularisation aveugle, mais ne touchons pas a nos privilèges, c'est sacré)
    En effet, en lettres, les profs de fac ne servent a rien... a part à nous passionner et à nous rendre plus intelligibles les livres qu ils ont ecrits.
    Enfin bloquer les facs sert a quelque chose, mais pas a empecher de travailler, on le sait bien : c'est un symbole et c'est tout, c'est une prise de pouvoir de ce qui tombe entre les mains : bruler les ecoles, les fermer, casser les abris bus, leur monter dessus...
    oui la france devient apolitique, c'est une belle tempete, mais tant mieux, il etait temps que vienne le grand balayage de printemps... salker tu veux ta revolution, contentons nous d une revolte pour l instant, qui est le germe de la revolution, la france n'est pas un pays courageux, la revolution je n y crois pas, on est trop confortablement installés devant la Nouvelle Star...
    Nous sommes en redéfinition des valeurs, de l echiquier politique, des roles, des armes surtout... attention, rien ne sera jamais plus pareil, a chaque fois la rue s empare un peu plus d elle meme...
    On doit donc se voussoyer ici ? moi vous pouvez me tutoyer... :)

  • Lunar, c'est sur la lune que tu devais être en me lisant. La révolution, je l'appelle, mais je n'y crois pas une seconde parce que, bon constat que je partage : nous voulons tous de notre petit confort et, pour mater la vermine, nous déléguons nos pouvoirs à des flics chargés de faire le ménage, pour un salaire de merde et une considération presque nulle.
    Non l'ami, il n'y aura pas de révolution en France car son intrusion signifierait ipso facto le fait que notre pays est encore vivant.
    L'esprit de la France, s'il survit, ce n'est certes pas dans ce pays de vieux cons et de jeunes... cons, tous attachés à leurs petits privilèges. Peut-être, alors, dans la mémoire de quelque vieux Brésilien de ma connaissance qui se souvient avec émotion de l'arrivée de Bernanos dans son pays et qui a collé ses gamins en classe de français en mémoire du Grand d'Espagne...

  • Bon, loin de moi la prétention de m'attribuer quelque don oraculaire mais dans le journal de France 3 à 19H30, ce samedi 1er avril, ce cher MR Roubaud de la C.G.P.M.E a - comme je m'y attendais - considéré le C.P.E - je cite - "comme vidé de sa substance" étant donné le fait que, le gouvernement ayant décidé de revenir sur le texte qui permettait les licenciements sans justifications et autrement "qu'oralement" - là encore je cite - (non vraiment qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre...), ce contrat ne saurait désormais faire l'affaire.

    Démonstration est faite, et si Narcisse dans son aveuglement aura au moins laissé une fleur en héritage, ce pauvre Villepin ne représente plus que l'image besogneuse et fate d'une France sans imagination.

  • Bonjour,
    Je ne suis pas d'accord avec certains points de vue, mais mon propos en ouvrant ce commentaire est de réagir à une des idées lues chez Stalker, et qui me semble inquiétante. Rien de personnel contre Stalker, on peut retrouver son propos en filigrane avec plus ou moins de maquillage dans pas mal de discours : encore aujourd'hui, Fabrice Lucchini faisait chez Drucker une tirade où se glissait le désir avoué de voir apparaître un homme providentiel...
    Et le voilà qui revient, l'Homme providentiel, qu'il soit Jeanne ou Grand Charles, il nous faut un berger pour nous amener, nous, moutons français, vers un ordre nouveau. Mais on sait déjà jusqu'où un Guide peut mener un peuple soulagé de ses responsabilités.
    Nous vivons en démocratie, et c'est un état forcément instable, surtout quand le dialogue se passe mal entre le peuple et sa classe politique. Mais ce n'est pas une raison pour jeter le bébé avec l'eau du bain. Marie rappelait dans son commentaire les 82% de Chirac à la Présidentielle. C'est un mauvais souvenir, mais pourtant il faut bien se le rappeler à chaque instant de ce quinquennat : le peuple de gauche a voulu jouer avec la démocratie, et il en a récolté les fruits, il faut l'accepter et voter plus sérieusement en 2007. Un pouvoir bien élu sera vraiment représentatif et pourra conduire une politique pour laquelle il aura été désigné. Depuis trop longtemps, les français ont perdu le chemin des urnes, parce que les politiciens leur mentent ? Non, parce qu'ils ne trouvent pas d'Homme fort pour les y amener. Mais ce n'est pas à un chef de Parti de commander à la nation, c'est au peuple de "faire" ses dirigeants. En laissant des urnes aux trois quarts vides, on obtient des dirigeants ridicules, et c'est bien normal.
    S'il y a un espoir à attendre de la mobilisation des jeunes contre le CPE, ce n'est finalement pas que cette loi passe ou pas, car aprés tout elle n'est qu'un détonateur. Ce que j'espère, c'est que le grand débat qui se produit encourage cette génération à se servir de son pouvoir d'électeur.

  • Mon Dieu, Pierre, comme ta tirade est belle, dégoulinante de la marmelade républicaine habituelle. Dis-moi, serais-tu un cas d'espèce, le dernier habitant de ce pays à pouvoir aligner d'aussi creux poncifs tout en, probablement, y croyant ? Dans ce cas, nous devrions au plus vite avertir les paléontologues.
    Bref, tu as raison au moins sur un point : nous avons les hommes politiques que nous méritons donc... Pas de crainte à avoir, l'homme providentiel, s'il doit venir, viendra CONTRE la masse, donc, aucune chance qu'il parviennen à se faire élire démocratiquement.
    Non, non l'ami, au risque de te choquer, je n'attends rien de moins qu'un Sauveur, étant imprégné de théologie politique : celui-ci ne pourra advenir que lorsque la France sera dans une situation de danger REEL, et pas subissant ces petites mascarades où des bourgeois en cheich veulent en découdre avec d'autres bourgeois en kéfié et inversement.
    Je l'ai dit d'ailleurs, ici ou là et je n'oblige personne à partager mon attente : qui est et reste, pour faire vite, millénariste, violence incluse.
    Le reste, je dis bien tout le reste n'est que broutille pour les journalistes et les veaux qui s'en alimentent.

  • J'aime bien la marmelade et je serais trés honoré de rencontrer des paléontologues. Ce que j'ai écris est sincère, et je ne trouve rien de ridicule à répéter que la démocratie est un privilège exceptionnel que les français devraient exploiter sérieusement au lieu de le galvauder. Un problème d'éducation civique, peut-être, un abus de pouvoir de trop de gouvernements successifs, sûrement.

    Et je te sais gré, Stalker le millénariste, de ne pas chercher à me convaincre de partager ton attente. J'espère seulement que tu attendras longtemps ! A l'occasion, et si tu le veux bien, j'irai t'en parler sur ton blog plutôt que sur celui du Transhumain, qui n'attend peut-être pas que son billet débouche sur tes revendications totalitaires, loin du débat (à lui de nous le dire).

  • Oh, non voyons, je ne cherche pas à te convaincre, je te l'ai dit. N'autorisant pas les éjaculats précoces, il n'y a pas de commentaires chez moi. Tu peux toujours, si tu sais écrire plutôt que dépoussiérer les vieux os, me faire parvenir un texte où tu m'exposeras tes points de vue. La Zone est ouverte pour qui réfléchit et écrit, pas pour les ano dont tout le monde se fout, Pierre, Paul ou Titi.

  • J'oubliais. Je te conseille la lecture d'un livre remarquable, qui peut-être nourrira en toi de plus intelligentes réflexions sur notre magniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiifique démocratie : La persécution et l'art d'écrire, de Strauss (pas Lévy, d'accord ?).
    Ah oui, mes revendications totalitaires, qu'est-ce que cette nouvelle ânerie ? La Zone résiste à tout mon mignon : crois-tu qu'elle ne dénoncerait pas un nouvel Hitler ?
    Tu mélanges tous les plans mon bon. Je suis à peu près certain qu'Olivier a depuis longtemps compris ce que j'écrivais ici et que, contrairement à tes dires, il ne me parlera pas, à demi-mots, de hors sujet.

  • Désolé, pas le temps, pour l'heure, de répondre à tout le monde. Pierre, je suis souvent en désaccord avec le Stalker, mais vous faites assurément fausse route en l'accusant de je ne sais quel totalitarisme.
    Je ne crois cependant pas à l'homme providentiel - qui pourrait aussi bien s'avérer fatal -, pas plus que je ne crois à l'hyperdémocratie moderne, que beaucoup ici, pourtant, semblent apprécier... Je ne sache pas que les bloqueurs de fac, manifestants et autres syndicalistes aient été élus par le peuple souverain, pour le représenter. Le CPE était à mon avis une mesure sans autre intérêt que d'émoustiller le Médef, ce qu'il n'a même pas réussi. Mais les deux grands cons à la tête de notre pays, ces poules mouillées, n'ont même pas eu le courage de décider si, oui ou non, la mesure devait être maintenue.
    Juan, tu me connais, jamais à mes yeux l'Empereur-Dieu de Dune, ce Machiavel, ne sera un exemple à suivre. Rien ne résiste au temps, suggère Herbert. L'équilibre politique recherché par l'Empereur, est intenable. Au fond, c'est un livre extrêmement pessimiste : le "progrès", la démocratie, y sont désignées, non sans raison, comme les causes directes d'une complète déréliction, d'une irréversible décadence (comment la pièce d'une machine pourrait-elle programmer la Machine ?) ; mais la gouvernance par la force, la stase obtenue par le tyran, annihilent à leur tour toute transcendance (Pour la Machine, toutes les pièces sont interchangeables). Sans doute existe-t-il une voie intermédiaire, qu'incarne peut-être, pourquoi non, la véritable démocratie, c'est-à-dire un gouvernement constitué d'hommes forts (aux pouvoirs évidemment limotés par la Constitution), et non de pantins grotesques... Hélas, nous le savons tous deux, la baleine n'a pas fini de pourrir sur nos rivages...

  • Merci, Transhumain, de ce nécessaire arbitrage, puisqu'avant tout vous êtes l'hôte de ce blog. Je reconnais m'être mal exprimé en accusant Stalker de totalitarisme. Il a renvoyé cette notion à Hitler, je ne l'ai pourtant pas cité. J'ai dit plus haut qu'on sait où un Guide peut mener son peuple, et c'est vrai qu'Hitler en est l'exemple le plus évident.
    Je reformule : à travers ce qu'il déclare, je perçois Stalker comme attendant le "bon tyran", genre despote à la grecque, Périclès faisant taire toutes les querelles. Craignant de passer pour un âne bâté en qualifiant son attitude de totalitariste, je me suis fendu d'un détour chez mon vieux copain le dictionnaire Larousse. Je cite la définition de TOTALITAIRE :
    "se dit des régimes politiques non démocratiques dans lesquels les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire sont concentrés entre les mains d'un petit nombre de dirigeants, qui subordonnent les droits de la personne humaine à la raison d'Etat."
    Je n'ai pas la détestable habitude de traiter des personnes, que je les connaisse ou pas, de fascistes ou nazis. Ce sont des recours abusifs, et je prie même Stalker de bien vouloir m'excuser si c'est ce qu'il a ressenti à travers mes propos sur le totalitarisme.
    Cette précision faite, j'estime que l'homme providentiel peut cacher une forme de fascisme. C'est un risque. Mais moi, je préfère prendre le risque de passer pour un idiot auprés de Stalker, voire même pour un ano (c'est peut-être l'insulte suprême, mais je m'en fous car je ne sais même pas ce que c'est). Je crois donc en la démocratie, celle qui s'exprime et ne se laisse pas représenter par les guignols actuels.

  • CPE = COMMENT PERDRE LES ELECTIONS

  • Génial analyste théologico-politique : le Stalker! Génial entarteur virtuel : le transhumain!

    Le premier ne voit partout en France que bourgeois et en conclut que le pays est mort! A 6h du matin pourtant, dans le métro, en route pour aller laver le sol des bureaux des bourgeois, sont-ce des bourgeois qui voyagent? Dans les agences d'intérim? Par terre, à chaque coin de rue? Les deux gamins électrocutés en octobre dernier, des bourgeois? Tiens, une bonne définition d'un gamin (petit-)bourgeois (empruntée au "Canard"): celui qui ne se sauve pas devant les flics quand il n'a rien à se reprocher...

    Et puis le gauchiste selon notre droitiste : amusante caricature! Tous sales (s'ils étaient propres, Juan les dirait incohérents), tous haineux envers la France (plus que lui, qui répète sans arrêt que la France est par terre et les Français tous des zombies?), ignorants (mais qui n'est pas con, en face de cette aveuglante lumière?)

    Quant au transhumain, il demande à ce qu'on laisse les étudiants travailler, comme si les étudiants de fac avaient absolument besoin de leurs TD pour réussir leurs examens, comme s'ils étaient interdits de lecture chez eux et dans les bibliothèques, comme si surtout les blocages n'étaient pas efficaces pour déstabiliser encore un peu plus cette planche pourrie sur laquelle se tiennent justement les lamentables et ridicules Sarkozy, Chirac et consorts. Rares sont les situations où éclate enfin le ridicule achevé de nos maîtres - pourquoi ne pas en profiter en prolongeant un peu ce joli désordre printanier?

    Décidément, les contempteurs de la "chienlit" sont toujours là, toujours prêts à soutenir à demi-mot le travail de la police. Quand vous déciderez-vous à crever avec ce système, Messieurs?

  • Chère axolotl, votre espèce (Ambystoma mexicanum) a ceci de particulier qu'elle passe sa vie entière à l'état larvaire, sans jamais se métamorphoser en adulte. Nous ne nous étonnerons donc pas que vos paroles soient si balbutiantes. La jeunesse dont vous vantez la résistance au système (Ah ! ce que vous êtes drôle !), ne fait que se conformer, je cite Ludovic de Cinématique, "plus ou moins naïvement, à ce rôle écrit ostensiblement par d'autres" (texte intégral ici : http://ludovicmaubreuil.hautetfort.com/archive/2006/04/04/dissociation.html).

  • C'est vous qui le dites - et pourquoi vous croirais-je plus que tous ces gens rencontrés ici ou là, lors de manifs ou dans les cafés, et qui sont moins épris de morgue que vous ou votre stalker chéri?

    Etre adulte, est-ce que c'est cela : râler devant la moindre manifestation d'enthousiasme, devant le moindre désordre, en cherchant à déjouer de prétendus complots, en jouant les blasés, en comptant les points, confortablement installé dans son rôle d'arbitre de l'ombre? Eh bien restez adulte, et laissez-moi être ce que je suis.

    La jeunesse dont je vanterais soit-disant la résistance au système (je ne sais pas où vous avez trouvé cette série de mots dans mon commentaire, mais passons) n'est certainement pas celle qui fait la couverture de vos journaux favoris ; nous ne parlons pas des mêmes gens : vous cherchez des imposteurs médiatiques et fantasmez des foules de marionnettes pour mieux prétendre à votre autorité purement verbale, moi j'ai trouvé des gens sincères, moins arrogants que vous, mais qui me rendent ô combien plus optimiste sur notre genre humain, et sur ce pays.

  • Cher batracien larvaire, vous qui semblez si pointilleux sur l'exactitude des propos des uns et des autres, où avez-vous lu que je chercherais des "imposteurs médiatiques" ?... Que savez-vous de mon arrogance, vous qui vous invitez ici, en toute sincérité sans doute, en nous invectivant ? Et, par curiosité, quel sont selon vous mes "journaux favoris" ?... Vous fantasmez complètement.

  • Quels imposteurs médiatiques? Facile : Julliard, Sarkozy, Chirac, Thibault... Vous les avez tous cités dans votre article, c'est d'ailleurs eux seuls qui vous intéressent. Vous les appelez les "pères Ubus" alors que ce sont des entrepreneurs comme les autres, et d'ailleurs moins puissants que d'autres. C'est là où, malgré vos menues discordances, vous vous faites si bien l'écho d'Asensio : vous vous en tenez tous les deux aux plus évidentes raisons de détester la politique française : ses représentants officiels. Vous ne voyez pas que la politique, c'est ce qui se trame au quotidien, loin des médias. Elitistes bornés, vous vous en tenez à la dissection de gens plus célèbres que vous, sans doute pour qu'une partie de la lumière projetée sur eux vous illumine un moment. Ou plus encore parce que vous manquez d'imagination et d'expérience de la vie - malgré votre GRAND âge.

    Votre arrogance? Celle qui vous fait tout de suite renvoyer à l'état larvaire qui ne se contente pas, comme vous, d'accepter qu'un stalker dise impunément n'importe quoi, ni de porter un jugement global sur un mouvement social sur les bases d'une critique d'ailleurs fort peu étayée de quelques mensonges de menteurs professionnels.

    Vos journaux favoris? Tous ceux qui montrent Thibault, Julliard, Chirac ou Sarkozy au premier plan, comme si ceux-là dictaient au peuple ou sa colère ou sa torpeur. Je n'ai d'ailleurs qu'à vous citer : "...tous, en direct sur TF1...". Pour ma part, je ne suis peut-être qu'un "batracien larvaire" mais je ne regarde ni n'écoute TF1.

  • excusez mon intrusion, je ne parle pas de politique avec le même bagage culturel que vous, je suis linguiste et inculte... c'est regrettable mais il en est ainsi
    en tant que linguiste je dirais ceci : vous maitrisez beaucoup la rhétorique de l invective evidemment, cependant vous peinez a faire preuve de respect et de maniere générale, dans les blogs je trouve regrettable que les gens soient incapables d avoir un debat sans tomber ds la politique politicienne ou l art de faire fermer sa gueule a quelqu'un pour que le public applaudisse, cf Fogiel et sa hyene

    Pourtant vos avis me semblent tous dignes d etre exprimés et vous me semblez tous dignes d interet en depis de mes divergences.
    montrez donc l exemple, ceci est un appel a la tolérance car si Voltaire disait qu'il ne sert à rien d'etre modéré, son pseudo etait aussi Ecralinf (l infame, l intolerant) pour boucler ce qui peut ressembler a un syllogisme : on peut donc etre passionné sans etre caracteriel...
    par ailleurs, excusez moi encore de cette remarque mais je note que la bourgeoisie est conspuée, on jette dessus l opprobe comme si on en faisait pas partie...? qu'entendez vous donc par bourgeoisie ?
    n'est ce pas beneficier d un certain confort, d une libre pensée, d'un cadre socio culturel etc
    le blog lui meme, la maniere dont on s y exprime, les idées qu il vehicule, tout sent le bourgeois a mille lieues...
    les revolutions commencent bien par la couche sociale capable a la fois de se battre pour ses opinions (sans craindre de n avoir rien a manger a la faim du mois ou de perdre son travail, alors arretons de critiquer les fonctionnaires qui font greve, encore heureux qu ils la fassent eux en ont le droit et pour une fois ce n est meme pas pour eux et leurs privilèges) de défendre celles des autres et en même temps qui est douée d une capacité de reflexion telle qu'elle est capable de se politiser...
    sans bourgeoisie, alors d'accord, une revolte populaire ? mais non, pas en France, ni en 1789
    Pourquoi la banlieue a brulé en novembre ? car par de bourgeoisie aussi... car une spontanéité qui peut etre certes admirable d'un certain point de vue, mais malheureusement, non politisée, il n'en reste rien...
    tout ce qui est bourgeois n'est pas diabolique me semble t il...
    Et puis moi aussi j'attends un sur-homme, a tout niveau d'ailleurs, mais en politique il en va comme du reste : on a beau gueuler, on ne se mouille pas...

  • Dites-moi, j'espère tout de même que ce n'est pas le fait d'être linguiste qui vous fait écorcher à ce point la langue française, qui ne le mérite certes pas (et je ne parle pas seulement de l'absence d'accents, dus à votre clavier, mais de la multitude des fautes, parfois malheureuses comme cette "faim"...).
    Axolotl : ne te fatigue pas Olivier, à quoi cela sert-il de vouloir convaincre un petit trouillard d'anonyme...? Rien de plus que le Consanguin, qui cherche de nouveau à alimenter son blog de merde, de moins en moins drôle.
    Au fait, en quoi mes analyses sont-elles ridicules petite frappe, toi qui es justement bien incapable de les analyser, te contentant, tout juste, d'approximatifs pastiches qui ont de moins en moins de lecteurs ?
    Baltringue : élitiste borné, moi ! Ramassis de contre-vérités, tu crois me faire peur ? Argumente nabot, tente de démêler le début d'un millimètre d'analyse d'une position que je nomme millénariste et, ensuite, une fois que tu en auras acquis quelque vue d'ensemble, lâche-nous ton habituelle purée rancie...

  • je t ecoute pour d autres fautes pretentieux qui ne comprend aucune figure de style !
    tu craches ta haine a des gens qui n en n ont que faire... ma faute si tant est que cela en fut une, est mille fois moins grave que ton espece de rage viscerale et ridicule, pleine de presomption et d'hubris !
    enfin cela te rend tout de meme sympathique et j aime bien ton blog
    mais change de ton... t es fatigant on dirait un ado pre pubere...

  • Une figure de style dites-vous ? Mazette, ne l'aurais-je point vue ? Il est vrai qu'avec une faute par mot ou presque, on hésite à repérer une figure de style, fût-elle involontaire...
    Ah, et puis, vous ne le savez pas mais j'ai effectivement la vingtaine passée, étant ce que l'on appelle communément, Consanguin vous le confirmera, un surdoué.
    Consanguin : dis-moi mon chéri, je te manque ? Car, vois-tu, je suis allé faire un tour sur ton pathétique blog et je constate, une fois de plus, que tu parles de moi.
    Voyons mon joli petit mignon : avec tous les consanguins qu'il y a sur terre, les gens mal intentionnés vont finir par croire que tu es amoureux de moi ! As-tu vu ces photos de moi qui ornent la TOTALITE de ton blog ? Pas de doute l'anon : tu en pinces pour le stalquaire !
    Ah !
    Occupes-toi, par exemple, d'une fille... Tiens, de K(r)ouka : tu sais, elle est célibataire.
    Je crains que tu ne puisses, hélas, choper rien d'autre que ta pauvre minuscule petite queue.

  • Et bien voilà, la boucle est bouclée... On ne le dira jamais assez, sur une planète ronde les extrêmes se rejoignent.
    Nous venons d'assister en direct à la connification du surdoué.

  • Toute ta prose, le stalker, sent l'élitiste et le borné, pourquoi multiplier les exemples? Je le ferai si j'en ai envie, or je n'ai pas toujours envie, contrairement à toi qui n'as que ça à faire de tes journées, de remuer le purin.

    Et puis je crois que tu me confonds avec d'autres, mais peu importe. Nombreux sont ceux qui se moquent de tes éclats de bile inoffensifs et de ton blog de monomaniaque, et tous ont raison.

    Au fait, j'ai montré en quoi tes analyses étaient pourries, il suffit de me lire sans ces oeillères qui naturellement te poussent aux tempes dès qu'on s'en prend à toi et à tes lubies.

  • Un axolotl est une larve perpétuelle, qu'y puis-je ? Vous n'avez rien montré, petit chien d'eau, sinon votre incapacité à aligner deux arguments. Retournez donc dans vos cuves...

  • Et vous me demandiez qui de nous deux était le plus arrogant?

    J'ai montré, au contraire, 1) que vous vous en tenez à une critique des postures médiatiques, donc à de la mauvaise humeur digne des cafés du commerce, 2) que de cette maigre écume vous vous dépêchez néanmoins, et là éclate votre arrogance, de porter au passage un jugement sur la situation globale et de donner des leçons aux "bloqueurs" et aux syndicats, 3) qu'il est normal que vous soyez si peu informé et a fortiori si arrogant, puisque vous écoutez encore ce qu'on vous dit à la télé.

    Je n'ai pas eu besoin de m'avancer beaucoup, vous voyez, pour recevoir l'habituel chapelet d'insultes et l'expression de ce mépris sans bornes que vous réservez à tous ceux qui refusent de jouer au petit jeu de votre secte bien-pensante. Du reste, je ne prétendais ni vous convaincre de quoi que ce soit, ni dialoguer, mais simplement rappeler à qui passait par ici que si vous et le stalker vous croyez intelligent, vous n'en êtes pas moins limité - il suffisait de pointer quel est l'ordre de votre discours, et rien n'est plus simple : des comme vous, fats et bavards, j'en rencontre tous les jours.

  • Eh bien bravo, chevalier amphibie, en deux ou trois répliques cinglantes et bien senties, vous avez vaincu Stalker et Transhumain, ces démons ! Vraiment, quel héros, et modeste avec ça ! Je vous en supplie, continuez à parcourir les sentiers de la Toile et à pourfendre les dragons fats, bavards et arrogants !

  • Il n'a pas besoin de déclamer des répliques cinglantes, l'Axolotl : juste de relever l'arrogance et le mépris omniprésents dans vos écrits et de vous la laisser magistralement confirmer par vos réponses à ses constatations. Élémentaire, et bien plus malin.

  • Oui, exactement. Merci.

  • Merci, Pierre Thomas, il est vrai qu'à l'opposé d'un transhumain comme moi, vous brillez par vos interventions affables, modestes et fort utiles.

    God save the axolotl !

  • Olivier, laisse, voyons, ces imbéciles carabinés sont tous les mêmes et emploient toujours les mêmes tactiques. Voici la mienne, létale :
    mes chers amis amibes, je vous assure, envoyez-moi un fort beau texte argumenté signé de vos prénom et nom et je vous JURE que je le publierai, à condition qu'il soit écrit dans un français digne de vou... (non, de moi) et qu'il soit, justement, crtique, y compris et surtout contre la Zone.
    Observons, maintenant, les amis, ma petite torpille faire exploser le ban des poissons puants !
    Ah !

  • Adieu, lamentable et ridicule stalker.

  • Tiens, l'axolotl perd ses branchies à la première escarmouche. Adieu, valeureuse larve.

  • Et voilà, cher Olivier, tactique absolument imparable, cela en devient lassant tant nous connaissions tous le résultat, hormis, apparemment, cette larve ! Offrez à un imbécile une tribune de choix pour venir s'y exprimer, y compris en y lâchant sa maigre goutelette de colère et il y a 100 chances sur... 100 qu'il décline votre offre, pourtant faite de bon coeur !
    Adieu donc, ridicule et lamentable Axolotl, tu es encore bien petit pour venir te frotter à mes ergots, tes fesses sont toutes rougies par ce pourtant délicat coup de pied mais dépêche-toi, maman va te les repoudrer d'un peu de talc.
    Ah, pathétique crétin.

  • je veux bien vous torcher le cul a tous et à la fois... et sans talc

  • a ver si teneis cojones... (fautes d orthograpes duEs a mon clavier, et non dus, Stalker, je dis ca je dis rien...basta, que estoy saliendo de la discusion divertida)

  • Puisque vous lisez si mal, je vais faire comme on fait pour les enfants : je vais répéter. J'écrivais hier : "Toute ta prose, le stalker, sent l'élitiste et le borné, pourquoi multiplier les exemples? Je le ferai si j'en ai envie, or je n'ai pas toujours envie, contrairement à toi qui n'as que ça à faire de tes journées, de remuer le purin."

    Maintenant, posez aux vainqueurs, puisque c'est tout ce que vous savez inventer pour ne pas me contredire sur les bêtises précises que je relevais dans vos commentaires ci-dessus.

  • Axolotl, bien qu'assez laid, vous êtes assez drôle comme batracien, mais... ne vous ai-je pas suggéré de retourner dans votre cratère ? Là-bas, vous pourrez y souiller toutes les eaux croupies en toute liberté. Croyez bien que la seule raison pour laquelle je tolère vos gargouillis, est la nature désinvolte de mon billet initial.

  • J'aime bien l'argument "décisif" du Stalker : incapable de répondre à ce qui lui est opposé autrement que par des injures et de la boue, handicapé chronique du dialogue, il se réfugie systématiquement derrière sa petite zôône, et demande à ce que l'on s'y déplace aussi pour l'y venir chercher. Il doit se sentir plus à l'aise dans son petit territoire, qu'il sait pouvoir contrôler et censurer à sa guise. Il peut y rester : personne n'a envie d'aller s'y salir. Et, Axolotl, inutile d'insister, si les Messieurs ici-présents ne répondent pas à vos remarques, c'est qu'ils n'ont rien à y répondre, que leurs sites respectifs n'ont rien à apprendre à personne, qu'ils sont juste des vitrines pour leurs égos et des déversoirs pour leur bile. Internet permet ça : une multiplication de cafés du commerce virtuels, contrôlés par des tenanciers autistes enivrés de leur propre pseudo-importance, qui n'ayant jamais pris la peine de sortir la tête de derrière leur ordinateur, leurs films ou leurs livres se permettent des jugements définitifs sur une époque, un pays et des individus qu'ils ne prendront jamais vraiment la peine d'apprendre à connaître. Laissons-les donc croupir dans le mépris qu'ils destinent à tous ceux qui n'ont pas l'heur de partager leur vision grotesque et déformée d'une réalité qui toujours leur échappera.

  • Qui est Lamentable(s) ? Vous et les commentaires qui suivent...
    Il est facile de critiquer...

  • Je vais suivre votre conseil, Pierre Thomas. Tant pis pour eux, en fin de compte, oui.

  • Comparer l'année de stage avant titularisation avec celle du CPE pour en filigrane défendre la nouvelle mouture, c'est au minimum du foutage de gueule.
    Vive Axolotl !

  • Et un message censuré, un...Ici comme ailleurs on ne veut bien lire que ce que l'on veut entendre. Ah, le despotisme appliqué à l'insignifiance d'un blog, et en plus je suis sûr que vous devez en jouir, que c'est navrant...

  • De la censure ? AH AH AH ! Non, seulement, passons à autre chose, voulez-vous ? Vous devriez plutôt vous réjouir d'avoir pu chahuter comme des enfants.

  • Ah, le bien plaisant jésuite que vous faites, vous censurez un message incriminant votre cher ami Stâlker tout en profitant de ma plainte auprès de vous pour clore nos débats - selon vous - "infantiles"...

    Voilà sûrement le type d'hypocrisie que l'on développe à l'entretien de blogs tels que le vôtre - à moins qu'elle ne vous soit naturelle?...

    Enfin, à vous le dernier mot donc...

  • La mauvaise foi des habituels connards anonymes est décidément sans limites...
    Eh mes larveaux, que puis-je faire de plus pour vous aider à vous vider ? Je vous propose de me faire parvenir un texte démolissant (intelligemment) la Zone et regardez-vous : vous voilà subitement flanqués d'une immonde tourista...
    Pauvres sous-merdes : écrivez, c'est la chance de votre vie ou alors taisez-vous. Le ridicule ne vous tuera-t-il jamais ?
    Et l'autre fils de pute qui ose dire que mon blog, voire celui d'Olivier, sont des cafés du commerce ! EXTRAORDINAIRE, alors que nous passons notre temps à les protéger de cette plaie purulente et que j'ai encore été plus ferme que lui en virant les commentaires, dès le départ...!
    Je vous le répète, fumiers virtuels : il y a une colonne Hôtes dans la Zone et elle est bien fournie.
    Entrez-y, avec vos nom et prénom, cela aura plus de gueule que vos petites éjculades ici ou, alors, allez sucer le fion de Saddam ou, bien pis, d'un anti-cépéiste convaincu, unéfien à tendances révolutionnaire, cela existe/
    Baltringues.

  • C'est vraiment vous qui ne pigez rien Stâlker... Ainsi pour avoir le grand plaisir de récolter les propos désobligeants et haineux des habituels lèche-cul qui hantent votre zone nous serions obligeamment invités par son Altesse à écrire pour lui et sur mesure un méchant petit texte qui ferait la joie de toute sa petite clique de névropathes. Non mais, n'abuseriez-vous pas un peu cher Maître...

    La prochaine fois tâchez d'insulter un peu mieux notre intelligence, même invité par Staline en personne il y a fort à parier qu'en son temps vous eussiez hésité à écrire pour la Pravda, non ?.. Alors rengainez cet argument et prenez exemple sur votre ami Transhu qui ouvre sa zone commentaire à tous et à toutes - quitte à censurer au passage les messages qui ne lui conviennent pas - ou alors commencez à vous appliquer à vous-même et en premier lieu vos préceptes en matière de communication et foutez-nous la paix une bonne fois pour toutes.

  • Stéphane, petit ver de terre, vous êtes prévenu : je censurerai désormais - puisque à vos yeux imbéciles, supprimer des interventions indigentes et de peu d'intérêt s'apparente à de la censure - toutes vos interventions ici, comme celles de vos semblables. Je les connais, les parasites dans votre genre, attirés non par l'intérêt d'un livre ou d'un film remarquable - sans doute n'irez-vous jamais voir le moindre Sokourov - mais par quelque stupide empoignade où des poux sans cervelle s'abreuvent (heureusement sans succès) du sang de leurs hôtes. Et pendant que vous souillez la Toile de vos déjections, vous oubliez que vous êtes ici, non sur un forum où chacun vomit son fiel en sous-français, mais chez moi. Vous pouvez donc crier à la censure, hurler à l'oppression comme le paysan syndicaliste de Sacré Graal, je m'en contrefous et me munis désormais de deux tubes de Bégon, l'un vert, l'autre jaune, pour me débarrasser rapidement des blattes rampantes et autres mouches charognardes de votre engeance (et de la merde laissée dans leur écoeurant sillage).

Les commentaires sont fermés.